Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 17:27

Pharma Le personnel de Merck Serono prolonge la grève

Le personnel de Merck Serono s'est mis en grève mercredi à Genève, après la réponse décevante donnée la veille par la direction à ses revendications, il a décidé de la prolonger jeudi..

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lors d'une assemblée générale, le personnel en colère a décidé à une large majorité de poursuivre le mouvement de grève jeudi. En outre, une manifestation aura lieu au centre-ville dans l'après-midi pour mobiliser le monde politique.

Le personnel veut ainsi maintenir la pression sur la direction de Merck Serono pour améliorer le plan social et inciter les autorités publiques à faciliter le sauvetage d'emplois à Genève.

Lors de l'assemblée, plusieurs élus ont apporté leur soutien aux grévistes: le conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE), la conseillère administrative Sandrine Salerno ainsi que les conseillers municipaux Vera Figurek et Pierre Vaneck.

Les employés ont également discuté de la possibilité d'une grève du zèle, qui consisterait à être présents sur leur lieu de travail tout en limitant leur activité, mais ce scénario a pour l'instant été écarté.

Campement des indignés

Pendant la journée, plusieurs centaines d'employés ont occupé pacifiquement le parvis, devant l'entreprise. Une dizaine de tentes dressées sur le trottoir témoignait de la volonté des plus résolus d'établir une présence jour et nuit sur le site pour exprimer leur colère.

Ce «campement des indignés» a été installé dès mardi soir pour protester contre le refus de la direction du groupe allemand d'entrer en matière sur les propositions alternatives présentées par le personnel. «La nuit dernière, nous étions une quarantaine à veiller jusqu'à minuit et une quinzaine à dormir sur place. Nous serons plus nombreux cette nuit», a indiqué une représentante du personnel Astrid Melotti.

Selon le syndicat Unia, «les activités de l'entreprise ont été massivement ralenties». Le bâtiment est resté pratiquement vide, comme lors de la première journée de grève organisée mardi de la semaine dernière.

La direction du groupe pharmaceutique allemand a fait savoir qu'elle ne voulait pas de perturbations à l'intérieur du site, mais a reconnu le droit légal des employés de faire grève. La sécurité a été renforcée autour du bâtiment par le moyen d'une société privée.

Mardi, la direction de Merck Serono a confirmé le licenciement de 500 personnes et le transfert de 750 autres employés ainsi que la fermeture définitive du site en 2013. Des entretiens individuels auront lieu d'ici à la fin juillet. (ats/nxp)

(Créé: 20.06.2012, 18h44)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.