Lundi 5 décembre 2016 | Dernière mise à jour 17:15

Santé Le projet de dossier électronique du patient sera remanié

Le Parlement va s’attaquer d’ici la fin de l’année au dossier électronique du patient. Le Conseil fédéral a chargé Alain Berset de remanier le projet à l’aune des critiques émises lors de la procédure de consultation.

Chaque patient devrait décider, dans la nouvelle mouture, s’il veut se faire établir un dossier électronique ou non.

Chaque patient devrait décider, dans la nouvelle mouture, s’il veut se faire établir un dossier électronique ou non. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Département fédéral de l’intérieur devra notamment étudier des alternatives à l’utilisation du numéro d’assurance sociale, qui permet d’accéder à la carte à puce et au réseau informatique contenant les données du patient.

Il devra aussi déterminer dans quelle mesure on pourra inscrire le recours au dossier électronique du patient. Enfin, la répartition des tâches entre la Confédération, les cantons et les acteurs privés devra être clarifiée.

Aucune obligation

Le projet mis en consultation ne repose sur aucune obligation. Chaque patient devrait décider s’il veut se faire établir un dossier électronique. Le cas échéant, il trancherait aussi qui pourra accéder à quelles données concernant sa santé.

Son aval explicite serait nécessaire pour tout accès. Le patient pourrait révoquer son consentement en tout temps et sans motif ainsi qu’accéder aux données le concernant et leur attribuer différents degrés de confidentialité.

Une disposition spéciale est prévue pour les urgences médicales. Dans ce cas, les professionnels de la santé pourraient consulter les données même s’ils n’y ont pas été dûment autorisés. Le patient pourrait toutefois exclure à l’avance une telle possibilité.

Le projet de loi ne concerne pas la transmission des informations aux assurances maladie. Un fois l’aval du patient reçu, médecins, pharmaciens et physiothérapeutes décideraient librement s’ils souhaitent rendre accessibles à leurs collègues les données pertinentes pour un traitement. Les hôpitaux et autres institutions dispensant des soins stationnaires y seraient en revanche tenus.

Craintes

Sur le fond, le projet a été bien accueilli mais les milieux consultés ont fait part de certaines inquiétudes, notamment concernant la protection des données. Alors que les assureurs souhaitent que le dossier soit accessible à leurs médecins-conseil, plusieurs acteurs, comme le PS et les organisations de patients et de médecins s’y opposent catégoriquement.

Autre reproche formulé lors de la consultation: le caractère doublement facultatif du projet, qui ne permettrait pas d’atteindre une masse critique d’utilisateurs pour permettre l’introduction rapide du dossier électronique. Les coûts et les charges administratives du système sont aussi montrés du doigt. (ats/nxp)

(Créé: 18.04.2012, 11h29)

Sondage

Offrir une prime aux employés qui ne sont jamais malades vous semble-t-il correct?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.