ACCUEIL 29.11.2014 Mis à jour à 01h10

«Les Alémaniques n’ont pas compris l’enjeu»

Prix du livre

Dominique de Buman, porte-flambeau de la loi aux Chambres fédérales, déplore une situation de Röstigraben.Malgré un soutien massif en Suisse romande, la loi sur le prix unique a trébuché devant le peuple.

Interview: Patrick Chuard. Mis à jour le 11.03.2012 8 Commentaires
Dominique de Buman déplore le «niet» alémanique à la loi sur le prix unique du livre.

Dominique de Buman déplore le «niet» alémanique à la loi sur le prix unique du livre.
Image: Keystone

Ex-Libris, filiale de Migros, et les partis de droite ont gagné leur référendum : le prix du livre ne sera pas réglementé en Suisse. Au grand dam du conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR).

«On peut parler de Röstigraben, admet le Fribourgeois. Mais je préfère dire qu’il y a un problème de perception économique différente.

A quoi l’attribuez-vous ?

«Honnêtement je ne crois pas que les Alémaniques se sont opposés à la loi. Mais tout simplement, ils n’ont pas le recul que nous avons en Suisse romande.»

«La réglementation sur le prix du livre (l’accord professionnel de la branche qui fixait un taux de conversion pour les prix, ndlr) a disparu depuis 1993 en Suisse romande. En dix-neuf ans, nous avons assisté à une disparition de librairies et à une augmentation des prix, ce qui n’est pas, ou pas encore, arrivé en Suisse allemande.»

N’avez-vous pas le sentiment que les citoyens n’ont pas compris cette loi?

«Tout à fait, je me suis rendu compte en discutant avec beaucoup de gens qu’ils ne comprenaient pas le mécanisme.»

«Du reste le mot «unique», qu’on évoque toujours, n’existe pas dans ce texte. Et quand les gens ne comprennent pas, ils ont le réflexe de dire non. »

Est-ce que ce projet ne mélangeait pas un peu tout ? On a parlé de diversité culturelle, de réponse au franc fort, de sauvetage des librairies….

«La loi ne répondait pas au problème du franc fort, c’est arrivé en cours de route. Mais le problème des prix trop importants aurait pu être réglé.»

«Quand on a préparé le projet de loi, on prévoyait un système de fourchette des prix, avec un prix maximum de 20% au-dessus du prix en euros. Le projet a ensuite évolué, pour des raisons juridiques, vers une surveillance confiée à Monsieur Prix, car les parlementaires ne voulaient pas d’exception au fonctionnement général des prix en Suisse.»

La mort de cette loi signifie-t-elle la fin de toute possibilité de contenir les prix des livres?

«Je ne sais pas, il faut qu’on analyse les résultats du jour. Peut-être pourrait-on imaginer un concordat intercantonal pour la Suisse romande? En tout cas on ne peut pas parler vraiment de défaite aujourd’hui.»

«La Suisse romande, région qui était concernée par ce problème, l’a largement acceptée. A part Philippe Nantermod, peu de politiciens romands sont montés au front. »

«L’opposition en Suisse a été lancée par Migros et Ex-Libris… J’attends désormais de Migros et de sa filiale qu’elles offrent tous les ouvrages disponibles, qu’elles ouvrent des librairies de qualité et qu’elles forment des apprentis libraires.» (Newsnet)

Créé: 11.03.2012, 17h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

8 Commentaires

The Boss

11.03.2012, 17:27 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Ce n'est pas la 1ère fois qu'ils ne comprennent rien... Répondre


Gil Favre

11.03.2012, 20:39 Heures
Signaler un abus

S'ils n'ont pas compris, c'est peut-être parce que le salaire de ce parlementaire ne correspond pas à la valeur ajoutée de sa présence aux chambres fédérales ? Je pose seulement la question, j'ignore la réponse. Il devrait peut-être se remettre en question avant de copier les arguments de la Weltwoche ;) Répondre



Sondage

Les décorations de Noël, vous vous y êtes déjà mis?





  • Les reportages vidéo du Matin

    Les reportages vidéo du "Matin"

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce