ACCUEIL 30.9.2014 Mis à jour à 07h18

Les dessinateurs de presse romands sont partagés

Caricatures de Mahomet

De Burki à Ben en passant par Mix & Remix ou encore Barrigue, les avis des dessinateurs sont très contrastés sur la pertinence des dessins de Charlie Hebdo caricaturant Mahomet.

Par Christine Talos. Mis à jour le 19.09.2012 146 Commentaires
La Une controversée du journal satirique.

La Une controversée du journal satirique.
Image: AFP

Articles en relation

Le site de Charlie Hebdo inaccessible

Le site internet de Charlie Hebdo était inaccessible mercredi matin, et sa page Facebook était submergée de commentaires, positifs ou négatifs, sur les caricatures du Prophète publiées par l’hebdomadaire.

Incident technique, trop grand nombre de requêtes, acte de pirates, les raisons du blocage du site n’étaient pas connues dans l’immédiat.

En novembre 2011, après la publication d’un numéro spécial baptisé "Charia Hebdo" avec Mahomet comme "rédacteur en chef", les locaux du journal satirique avaient été incendiés et le site internet du journal piraté.

Sur Facebook comme sur Twitter, opposants et soutiens de Charlie Hebdo publiaient des centaines de commentaires évoquant ces nouvelles caricatures, parfois avec des propos très violents. La page Facebook de l’hebdomadaire mise en ligne mardi soir avec la Une du journal comptait à 10h00 près de 1700 messages contre 940 deux heures plus tôt.

Beaucoup de commentaires mettaient en avant la liberté d’expression: "Je déteste Charlie Hebdo mais je milite pour leur liberté d’expression. C’est ça la République démocratique", estimait un internaute sur Twitter.

"J’aime Charlie Hebdo quand il se moque du Pape ou de l’Islam. Parce que la critique des religions est indispensable à la démocratie", commentait un autre. "Soutien à Charlie Hebdo. Devons-nous accepter le chantage à la terreur dès qu’une critique ou caricature touche leur religion?", réagissait une jeune Lyonnaise sur Facebook.

Mais pour d’autres, "la liberté de la presse a bon dos pour faire vendre du papier". "Il y avait la liberté d’expression, là, Charlie Hebdo, vous venez d’inventer la liberté d’être con !", estime un autre twitto.

Et certains étaient encore plus virulents: "Donc Ayrault conseille de porter plainte contre Charlie Hebdo... J’envisage les bennes à vomi en fait". "Provocateurs, cyniques et bêtes surtout. Les salafistes et Charlie hebdo étaient faits pour s’entendre", jugeait un adepte de Facebook.

Enfin comme souvent sur le web, certains adoptaient un ton ironique: "Vous avez des travaux à faire chez vous mais pas un rond ? Demandez à Charlie hebdo de transférer ses bureaux chez vous", propose une jeune internaute. "En fait, les locaux de Charlie Hebdo ne leurs plaisent plus, ils veulent déménager sans frais. Ça cramera cette nuit", annonce un autre.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

L’hebdomadaire Charlie Hebdo a publié ce mercredi des dessins satiriques représentant le prophète Mahomet. Ces parutions interviennent après une semaine de tensions et de violences dans le monde contre le film américain islamophobe «Innocence of Muslims» («L’Innocence des musulmans»). Ces caricatures ont provoqué une avalanche de réactions tant positives que négatives, au sein de la classe politique comme sur la page Facebook de l'hebdomadaire.

«C'est l'actu, il faut y aller!»

Des avis très contrastés que l'on retrouve chez les dessinateurs de presse romands. Ainsi pour Raymond Burki, caricaturiste attitré de 24 heures, Charlie Hebdo a entièrement raison de publier ces dessins. «Il n'y a pas de raison de ne pas faire d'humour sur ce sujet-là aussi. On doit pouvoir évoquer tous les sujets, même les plus délicats», explique-t-il ainsi, en rappelant en outre que la provocation est la raison d'être du journal satirique français.

Quant à la question de publier ces caricatures dans un contexte actuellement très tendu, il défend encore une fois l'hebdomadaire: «C'est le sujet dont tout le monde parle en ce moment. C'est l'actualité, il faut donc y aller!» Il reconnaît toutefois qu'il n'oserait pas aller si loin pour 24 heures. «Mais si j'étais à Charlie Hebdo, je n'hésiterais pas.»

Provocation «bête et potache»

Une opinion qu'est loin de partager son confrère Barrigue, qui a lancé la revue satirique romande Vigousse. «Je ne peux absolument pas cautionner la parution de ces dessins», affirme-t-il avec véhémence. «Cela n'apporte strictement rien au débat. C'est de la provocation bête et potache qui ne fait que rajouter de l'huile sur le feu.»

Il se dit également effaré du niveau «cour de récré» qui règne actuellement: «C'est tu me donnes un coup, je t'en donne un à mon tour», estime-t-il. Le dessinateur conclut en affirmant que ce n'est pas l'humour premier degré de Charlie Hebdo qui permettra de lutter contre l'obscurantisme qui menace les religions.

«Une fois ça va, mais plus...»

Philippe Becquelin, alias Mix et Remix, bien connu des lecteurs de L'Hebdo et des téléspectateurs d'Infrarouge de la RTS, rejoint l'avis de Barrigue. «Charlie Hebdo a déjà publié des dessins là-dessus, il y en a eu d'autres ailleurs avant. Alors une fois ça va, deux fois ça passe, mais trois fois, bonjour les dégâts», lance-t-il. Je ne vois donc vraiment pas l'intérêt de cette parution, si ce n'est de se faire mousser. Cela n'apporte rien au débat.» Il rappelle en outre que les musulmans, qu'ils soient extrémistes ou modérés, n'ont pas la culture du dessin de presse. Ces caricatures ne servent donc qu'à choquer, selon lui.

Quant à dessiner lui-même le prophète, il hésite, même s'il est est totalement pour la liberté d'expression. «Avant l'affaire des premières caricatures, je ne savais même pas qu'un non-musulman n'avait pas le droit de dessiner Mahomet», avoue-t-il par ailleurs. Mix et Remix juge en outre délicat de jouer avec la religion des autres, surtout quand on n'en connaît pas les codes.

Une provocation réfléchie

Enfin, Ben, l'un des deux dessinateurs attitrés du journal Le Matin, se dit lui partagé. «D'un côté, je comprends le geste de Charlie Hebdo. C'est une provocation qui invite à réfléchir et à rire sur un sujet grave, à l'opposé du film américain islamophobe qui est un gros navet ne visant qu'à dénigrer les musulmans», explique-t-il.

Mais il est clair que les caricatures du journal satirique interviennent dans un contexte ultra-tendu. Cela ne fait donc que rajouter de l'huile sur le feu, estime-t-il, même s'il faut provoquer parfois pour qu'il y ait du débat. «Dans l'absolu, je suis pour la liberté d'expression et nous devrions pouvoir dessiner n'importe quoi. Mais nous ne pouvons pas faire comme si une partie du monde n'existait pas.»

(Newsnet)

Créé: 19.09.2012, 11h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

146 Commentaires

Jean-Paul Costantini

19.09.2012, 11:33 Heures
Signaler un abus 135 Recommandation 1

"Un non-musulman n'a pas le droit de dessiner le prophète". Je suis non-musulman, mais estime ne pas avoir à demander la permission de dessiner ce que je veux. Le prophète est un être humain, rien d'autre. Mon commentaire sera sûrement supprimé, car ceux qui ne sont pas d'accord avec moi ne savent utiliser que la violence et la répression. Répondre


Jean-François Chappuis

19.09.2012, 11:43 Heures
Signaler un abus 95 Recommandation 1

Cela fait partie de l'actualité et je ne voit pas pourquoi il ne faudrait pas en parler! Lorsque les musulmans persécutent les chrétiens, nous ne faisons pas un cirque pareil, même si nous en pensons pas moins! Nous avons eu la chance d'être éduqué et notre militantisme se résume à des paroles et non à des actes de violence! Répondre



Sondage

Skier est-il devenu un luxe pour vous?





Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

Les Romands doivent-ils créer des caisses publiques cantonales?