Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 23:57

Caricatures de Mahomet Les dessinateurs de presse romands sont partagés

De Burki à Ben en passant par Mix & Remix ou encore Barrigue, les avis des dessinateurs sont très contrastés sur la pertinence des dessins de Charlie Hebdo caricaturant Mahomet.

La Une controversée du journal satirique.

La Une controversée du journal satirique. Image: AFP

Le site de Charlie Hebdo inaccessible

Le site internet de Charlie Hebdo était inaccessible mercredi matin, et sa page Facebook était submergée de commentaires, positifs ou négatifs, sur les caricatures du Prophète publiées par l’hebdomadaire.

Incident technique, trop grand nombre de requêtes, acte de pirates, les raisons du blocage du site n’étaient pas connues dans l’immédiat.

En novembre 2011, après la publication d’un numéro spécial baptisé "Charia Hebdo" avec Mahomet comme "rédacteur en chef", les locaux du journal satirique avaient été incendiés et le site internet du journal piraté.

Sur Facebook comme sur Twitter, opposants et soutiens de Charlie Hebdo publiaient des centaines de commentaires évoquant ces nouvelles caricatures, parfois avec des propos très violents. La page Facebook de l’hebdomadaire mise en ligne mardi soir avec la Une du journal comptait à 10h00 près de 1700 messages contre 940 deux heures plus tôt.

Beaucoup de commentaires mettaient en avant la liberté d’expression: "Je déteste Charlie Hebdo mais je milite pour leur liberté d’expression. C’est ça la République démocratique", estimait un internaute sur Twitter.

"J’aime Charlie Hebdo quand il se moque du Pape ou de l’Islam. Parce que la critique des religions est indispensable à la démocratie", commentait un autre. "Soutien à Charlie Hebdo. Devons-nous accepter le chantage à la terreur dès qu’une critique ou caricature touche leur religion?", réagissait une jeune Lyonnaise sur Facebook.

Mais pour d’autres, "la liberté de la presse a bon dos pour faire vendre du papier". "Il y avait la liberté d’expression, là, Charlie Hebdo, vous venez d’inventer la liberté d’être con !", estime un autre twitto.

Et certains étaient encore plus virulents: "Donc Ayrault conseille de porter plainte contre Charlie Hebdo... J’envisage les bennes à vomi en fait". "Provocateurs, cyniques et bêtes surtout. Les salafistes et Charlie hebdo étaient faits pour s’entendre", jugeait un adepte de Facebook.

Enfin comme souvent sur le web, certains adoptaient un ton ironique: "Vous avez des travaux à faire chez vous mais pas un rond ? Demandez à Charlie hebdo de transférer ses bureaux chez vous", propose une jeune internaute. "En fait, les locaux de Charlie Hebdo ne leurs plaisent plus, ils veulent déménager sans frais. Ça cramera cette nuit", annonce un autre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’hebdomadaire Charlie Hebdo a publié ce mercredi des dessins satiriques représentant le prophète Mahomet. Ces parutions interviennent après une semaine de tensions et de violences dans le monde contre le film américain islamophobe «Innocence of Muslims» («L’Innocence des musulmans»). Ces caricatures ont provoqué une avalanche de réactions tant positives que négatives, au sein de la classe politique comme sur la page Facebook de l'hebdomadaire.

«C'est l'actu, il faut y aller!»

Des avis très contrastés que l'on retrouve chez les dessinateurs de presse romands. Ainsi pour Raymond Burki, caricaturiste attitré de 24 heures, Charlie Hebdo a entièrement raison de publier ces dessins. «Il n'y a pas de raison de ne pas faire d'humour sur ce sujet-là aussi. On doit pouvoir évoquer tous les sujets, même les plus délicats», explique-t-il ainsi, en rappelant en outre que la provocation est la raison d'être du journal satirique français.

Quant à la question de publier ces caricatures dans un contexte actuellement très tendu, il défend encore une fois l'hebdomadaire: «C'est le sujet dont tout le monde parle en ce moment. C'est l'actualité, il faut donc y aller!» Il reconnaît toutefois qu'il n'oserait pas aller si loin pour 24 heures. «Mais si j'étais à Charlie Hebdo, je n'hésiterais pas.»

Provocation «bête et potache»

Une opinion qu'est loin de partager son confrère Barrigue, qui a lancé la revue satirique romande Vigousse. «Je ne peux absolument pas cautionner la parution de ces dessins», affirme-t-il avec véhémence. «Cela n'apporte strictement rien au débat. C'est de la provocation bête et potache qui ne fait que rajouter de l'huile sur le feu.»

Il se dit également effaré du niveau «cour de récré» qui règne actuellement: «C'est tu me donnes un coup, je t'en donne un à mon tour», estime-t-il. Le dessinateur conclut en affirmant que ce n'est pas l'humour premier degré de Charlie Hebdo qui permettra de lutter contre l'obscurantisme qui menace les religions.

«Une fois ça va, mais plus...»

Philippe Becquelin, alias Mix et Remix, bien connu des lecteurs de L'Hebdo et des téléspectateurs d'Infrarouge de la RTS, rejoint l'avis de Barrigue. «Charlie Hebdo a déjà publié des dessins là-dessus, il y en a eu d'autres ailleurs avant. Alors une fois ça va, deux fois ça passe, mais trois fois, bonjour les dégâts», lance-t-il. Je ne vois donc vraiment pas l'intérêt de cette parution, si ce n'est de se faire mousser. Cela n'apporte rien au débat.» Il rappelle en outre que les musulmans, qu'ils soient extrémistes ou modérés, n'ont pas la culture du dessin de presse. Ces caricatures ne servent donc qu'à choquer, selon lui.

Quant à dessiner lui-même le prophète, il hésite, même s'il est est totalement pour la liberté d'expression. «Avant l'affaire des premières caricatures, je ne savais même pas qu'un non-musulman n'avait pas le droit de dessiner Mahomet», avoue-t-il par ailleurs. Mix et Remix juge en outre délicat de jouer avec la religion des autres, surtout quand on n'en connaît pas les codes.

Une provocation réfléchie

Enfin, Ben, l'un des deux dessinateurs attitrés du journal Le Matin, se dit lui partagé. «D'un côté, je comprends le geste de Charlie Hebdo. C'est une provocation qui invite à réfléchir et à rire sur un sujet grave, à l'opposé du film américain islamophobe qui est un gros navet ne visant qu'à dénigrer les musulmans», explique-t-il.

Mais il est clair que les caricatures du journal satirique interviennent dans un contexte ultra-tendu. Cela ne fait donc que rajouter de l'huile sur le feu, estime-t-il, même s'il faut provoquer parfois pour qu'il y ait du débat. «Dans l'absolu, je suis pour la liberté d'expression et nous devrions pouvoir dessiner n'importe quoi. Mais nous ne pouvons pas faire comme si une partie du monde n'existait pas.»

(nxp)

(Créé: 19.09.2012, 11h34)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.