Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:57

Internet Les entreprises peinent à tirer profit des réseaux sociaux

Selon une étude, beaucoup des firmes veulent en profiter pour resserrer les liens avec leurs clients, mais ne savent pas trop comment s'y prendre.

De nombreuses entreprises se sont engagées en particulier sur Facebook.

De nombreuses entreprises se sont engagées en particulier sur Facebook. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Alors que les réseaux sociaux surfent sur la vague du succès, les entreprises cherchent encore la manière dont elles pourraient en tirer profit.

Ces dernières années, de nombreuses entreprises se sont engagées en particulier sur Facebook, afin de recueillir par l'entremise de leur page sur le réseau social le plus grand nombre possible de cliques «j'aime», ressort-il de l'étude «E-Commerce Report» présentée jeudi à Zurich. Intéressées à étoffer rapidement leur réseau d'amis, certaines marques récompensent ceux ayant cliqué sur «j'aime» avec des bons ou des offres promotionnelles, par exemple.

«Toutefois, la valeur des 'amis' ainsi acquis reste bien difficile à estimer», relève l'étude réalisée durant le premier trimestre 2012 par la Haute école spécialisée du Nord Ouest de la Suisse pour le compte de la société Datatrans. Dans le cadre de l'enquête, 34 responsables d'entreprises leaders dans le commerce électronique ont été interrogés.

«Il y a deux, trois ans, un sentiment de ruée vers l'or prévalait à propos de Facebook. Mais depuis, les entreprises ont dû déchanter», selon Rita Graf, la patronne de la maison d'édition allemande Weltbild, citée dans l'étude. «Facebook a moins d'influence sur les décisions d'achat que ce que nous ne le pensions initialement», a expliqué Janos Heé, le responsable du commerce électronique de la compagnie aérienne Swiss.

Attentes déçues

Toute une série d'entreprises qui se sont sérieusement lancées dans les réseaux sociaux sont déçues des expériences réalisées jusqu'à présent, note l'enquête.

Certaines songent à y réduire leur activité. Le dernier sondage a démontré que les attentes des firmes quant aux possibilités de renforcer les liens avec leurs clients ont encore diminué.

Pour Swiss, Facebook ne représente pas une plateforme de vente, mais plutôt ou outil de communication et de marketing, a expliqué M. Heé. Un avis que partage Matthias Thürer, responsable du marketing du voyagiste en ligne ebookers.ch: «Facebook ne représente pas une page de commerce en ligne». Le moteur intégré à cette page ne génère que très peu de réservations.

En revanche, les commandes réalisées par l'entremise des smartphones et tablettes tels que l'iPhone et l'iPad connaissent un véritable boom. Actuellement les CFF vendent plus de billet via les téléphones mobiles que sur leur site internet, a pour sa part indiqué Patrick Comboeuf, responsable des affaires en ligne.

Reste que le quart des entreprises interrogées réalisent déjà plus de 5% de leur chiffre d'affaires avec les commandes passées par le biais d'appareils mobiles. Et le succès grandissant des tablettes devrait encore accentuer ce mouvement. (ats/nxp)

(Créé: 24.05.2012, 17h04)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.