Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 00:01

libre circulation Les hautes écoles écrivent au Conseil fédéral

Les resp0nsables des hautes écoles ont écrit une lettre ouverte au Conseil fédéral pour lui demander de prendre toutes les mesures possibles en vue des programmes «Erasmus+» et «Horizon 2020».

Ralph Eichler, président de l'EPFZ, Antonio Loprieno, président de la conférence des recteurs d'unis et Patrick Aebischer, président de l'EPFL.

Ralph Eichler, président de l'EPFZ, Antonio Loprieno, président de la conférence des recteurs d'unis et Patrick Aebischer, président de l'EPFL. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les universités, EPF et hautes écoles de Suisse ainsi que les Académies et le Fonds national ont publié mardi une lettre ouverte au Conseil fédéral. Après le «choc» du «oui» à l'initiative de l'UDC, ils lui demandant de prendre «toutes les mesures possibles» pour que la Suisse soit associée aux programmes «Erasmus+» et «Horizon 2020» de l'UE.

Devant la presse à Berne, les responsables de ces différentes institutions se sont dits conscients que le sauvetage de ces programmes n'est qu'une petite partie d'un problème bien plus large pour la Suisse. Antonio Loprieno, président de la Conférence des recteurs des universités suisses (CRUS), a néanmoins estimé qu'il y avait là une «urgence» dont le Conseil fédéral doit prendre conscience. Lire son interview ici.

Si les aspects pratiques sont importants, la portée symbolique l'est tout autant, a-t-il souligné. Il s'agit de préserver l'ouverture, l'innovation et l'excellence qui caractérisent la recherche en Suisse.

Crainte d'un exode

Le président de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) Patrick Aebischer a quant à lui évoqué un «énorme souci à l'intérieur de nos institutions». Il a dit craindre un exode de chercheurs confrontés aux incertitudes des mois à venir.

Ralph Eichler, président de l'EPFZ, a exprimé son inquiétude pour la compétitivité de la Suisse. Sa capacité d'innovation basée sur la concurrence et la coopération entre les hautes écoles et les entreprises risque d'être mise à mal, et la prospérité économique par voie de conséquence.

Pour le président du Fonds national suisse Martin Vetterli, cette «catastrophe» pourrait provoquer une baisse de qualité de la recherche.

La décision de l'Union européenne (UE) de geler la participation suisse à Erasmus+ et Horizon 2020 inquiète vivement les milieux concernés depuis le début de la semaine. Les premiers délais de candidature sont en effet fixés en mars pour Horizon 2020.

(ats/nxp)

(Créé: 18.02.2014, 16h14)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.