ACCUEIL 18.4.2014 Mis à jour à 12h31

«Les loups hurlent près du village»

Faune

Pour la première fois depuis un siècle, une meute s’est constituée en Suisse. Les cris déchirant la nuit terrorisent des habitants de la commune grisonne d’Untervaz.

Par Victor Fingal. Mis à jour le 02.02.2013 42 Commentaires
En meute, les loups représentent un plus grand facteur d’insécurité pour les êtres humains.

En meute, les loups représentent un plus grand facteur d’insécurité pour les êtres humains.
Image: DLILLC/Corbis

Un des loups de la meute saisi par un appareil photo automatique (Image: Amt für Jagd und Fischerei Graubünden)

«Des aides-bergers sur le Mont-Calanda»

Pour Bruno Zähner, président de l’Association pour une exploitation écologique et sûre des régions alpines mandatée par le WWF, il faudra envoyer des aides-bergers
sur le Mont-Calanda: «Ce sont des volontaires dont la tâche consiste à installer ou à démonter des clôtures, surveiller les troupeaux et prendre soin des chiens de berger.» Les aides-bergers sont formés en Valais depuis trois ans dans le centre de protection des troupeaux de Jeizinen. En tout 67 personnes ont suivi cette formation.

Les volontaires secondent pendant une à trois semaines les bergers d’une cinquantaine d’alpages où la présence d’ours et de loups risquerait de mettre un cheptel en danger.
Ils rendent également attentifs les randonneurs et les cyclistes à l’importance des mesures de protection des troupeaux et les informent de l’attitude correcte à avoir envers des chiens de protection.

Selon l’association, en partageant l’existence rigoureuse des bergers, le temps de quelques semaines, les bénévoles venus de la plaine jouent aussi un rôle important dans
la compréhension mutuelle entre les populations urbaines et campagnardes.

Auriez-vous peur de loups se déplaçant en meute?

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Depuis les récentes chutes de neige, une meute de loups arpente les alentours d’Untervaz, un village grison de 2300 âmes, dans la vallée du Rhin. «La nuit, suivant la direction du vent, nous entendons leurs hurlements, confie une habitante de la commune, et je ne suis pas rassurée: ils se sont déjà approchés à une trentaine de mètres de nos maisons.» Une partie de la population avoue être terrorisée. «Nous avons les deux tendances au village, estime Hans Krättli, le maire du village, ceux qui ont peur des loups et ceux qui applaudissent à leur présence.»

Première meute depuis 150 ans

Avec les premiers flocons, les canidés sauvages, installés depuis le printemps dernier sur le massif Calanda (2806 m) qui surplombe Untervaz, sont descendus en plaine. «Huit loups, c’est déjà une meute et c’est la première depuis 150 ans. Elle suit les cerfs et les chevreuils qui cherchent pendant la saison froide des végétaux, dans les champs et les lisières des forêts à basse altitude, où il y a moins de neige», explique Georg Brosi, vétérinaire et inspecteur de la chasse des Grisons. Conséquence, il n’est plus rare aux alentours du village de croiser les prédateurs. «Un matin, à 6 h 45, alors que je me rendais à mon travail en voiture, poursuit Hans Krättli, dans la lumière des phares j’en ai repéré deux qui traversaient la rue.»

La meute est composée de huit individus, les deux parents, «M30» et «F07», et deux jeunes nés au printemps dernier qui ont déjà atteint la taille adulte, et un louveteau plus petit. «Nous ne connaissons pas encore la provenance avec certitude des trois autres loups, il se peut que ce soient aussi des descendants du même couple», explique encore l’inspecteur de la chasse. Quant à ceux qui ont été identifiés avec certitude, ils sont originaires d’Italie et ont passé en 2011 par le Haut-Valais avant de s’installer aux Grisons.

Il n’empêche, même de l’aveu du WWF, les loups qui rôdent près du Mont-Calanda ne sont pas innocents. «Au cours de l’année passée, ils ont causé la mort d’au moins 23 moutons», explique Bruno Zähner, président de l’Association pour une exploitation écologique et sûre des régions alpines mandatée par le WWF (lire encadré). «Dans certains cas, les troupeaux étaient protégés par des chiens bergers, ajoute l’écologiste. Mais un chien ne suffit pas contre une meute, par contre il permet de limiter les dégâts.»

Vue du lobby des chasseurs grisons, la meute n’est pas non plus à prendre à la légère. «Nous avons constaté pendant plusieurs années la présence d’un loup solitaire dans un massif des Grisons: il n’a jamais posé de problèmes aux chasseurs. Par contre, huit loups à la fois, c’est une autre dimension», constate Kurt Gansner de Seewis im Prättigau (GR), nemrod et rédacteur en chef de Schweizer Jäger. Pour le chasseur, la meute représente un danger potentiel. «Cette bande de loups, outre les atteintes aux troupeaux, est aussi un facteur d’insécurité pour les êtres humains. Sans compter le fait qu’elle s’attaque à des proies que nous aimons chasser.»

Vivement les beaux jours

Mais pour l’instant, malgré la peur qui a gagné certains habitants d’Untervaz, la population garde raison. «Jusqu’à présent, les loups n’ont pas attaqué des bœufs ou des moutons, dit encore Hans Krättli. Ils se sont comportés normalement en animaux sauvages et n’ont chassé que du gibier.» Il est vrai, en cette saison, les bovidés et ovidés ne paissent pas dehors. Il n’empêche, une bonne partie des habitants d’Untervaz sera soulagée à l’approche de la belle saison, quand la meute aura repris de l’altitude. (Le Matin)

Créé: 02.02.2013, 07h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

42 Commentaires

tinguely herve

02.02.2013, 08:50 Heures
Signaler un abus 114 Recommandation 19

ils ne sont pas plus dangereux que certains humains Répondre


Christian Mickael

02.02.2013, 08:39 Heures
Signaler un abus 107 Recommandation 15

Et, dans d'autre pays comme le Canada ou la Norvège ou d'autres, ils font comment ?Allez les bisounours, tous aux abris avec maman ! Répondre



Sondage

Votre vie spirituelle vous porte à croire en...




Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne