Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 08:25

Epizooties Les opposants à la nouvelle loi défendent la liberté de décision

Les opposants à la révision de la loi sur les épizooties, soumise au vote le 25 novembre, veulent pouvoir avoir le choix de vacciner leur bétail. Ils ont lancé leur campagne jeudi.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les opposants à la révision de la loi sur les épizooties, soumise au vote le 25 novembre, veulent pouvoir avoir le choix de vacciner leur bétail. Ils craignent une généralisation de «l'horreur» subie par certains éleveurs suite à l'obligation de vacciner contre la maladie de la langue bleue.

Les opposants ont choisi une ferme de l'Oberland zurichois, à Pfäffikon (ZH), pour lancer leur campagne jeudi. Plusieurs éleveurs sont venus expliquer leurs expériences dans le cadre de la campagne de vaccination obligatoire contre la maladie de la langue bleue lancée en 2008.

L'un d'entre eux a parlé d'»horreur». Treize de ses vaches ont été vaccinées et depuis, toutes sont mortes, a-t-il rapporté, selon le dossier de presse. Le paysan a en outre fait l'objet de poursuites pour avoir refusé que ses vaches soient à nouveau vaccinées.

Alors que l'Office fédéral vétérinaire (OVF) considère sa lutte contre la langue bleue comme un succès, les opposants y voient la preuve qu'il est nécessaire que les éleveurs puissent garder la liberté de décider de vacciner leur bétail.

Produits toxiques dans les assiettes

Ils considèrent que les vaccinations obligatoires sont une «atteinte à la protection des animaux». En effet, les préparations sont généralement toxiques, affirment les opposants.

Elles causent des lésions chez de nombreux animaux et la nouvelle loi ne prévoit pas d'indemnisation, dénoncent les opposants. Par ailleurs, des résidus de médicaments se retrouvent aussi dans les assiettes des consommateurs.

La nouvelle loi risque en outre d'engendrer des frais élevés dûs notamment à l'élimination des stocks de vaccins inutiles. Cette explosion des coûts sera répercutée sur les détenteurs d'animaux, les contribuables et les consommateurs.

Paysans partagés

La révision de la loi sur les épizooties prévoit de renforcer le rôle de la Confédération dans le cas de propagation de maladies animales. Celle-ci pourra intervenir plus rapidement et de manière plus active, notamment en achetant des vaccins assez tôt. Les compétences de l'Office vétérinaire fédéral seront également augmentées.

Le texte, adopté par les Chambres fédérales en mars, a fait l'objet d'un référendum. Le comité référendaire est composé de plusieurs agriculteurs, alors que l'Union suisse des paysans (USP) soutient le texte.

La position de l'USP est «tout simplement embarrassante», a déclaré jeudi le député au Grand Conseil zurichois et membre du comité Urs Hans. Parmi les organisations qui rejettent la révision figurent Bio Suisse et l'organisation syndicale paysanne Uniterre. (ats/nxp)

(Créé: 11.10.2012, 15h15)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.