Jeudi 30 mars 2017 | Dernière mise à jour 03:09

Réseaux sociaux Les partis politiques sont mal représentés sur Facebook

Les partis politiques sont peu présents sur Facebook. Une situation critiquée par Virtua, une entreprise spécialisée dans la communication multimédia.

Facebook : les partis politiques semblent avoir raté le coche.

Facebook : les partis politiques semblent avoir raté le coche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De Valérie Trierweiler à André Simonazzi, tout le monde tweete. Les partis politiques suisses semblent toutefois avoir raté le coche précédent: Facebook. Une entreprise romande proposant ses services dans la communication multimédia a critiqué jeudi leur amateurisme.

Les partis ne sont pas assez présents sur ce réseau social, estime Virtua. Seuls 20'000 Suisses déclarent aimer une des sept formations fédérales. Il n'y a en outre pas de corrélation entre le nombre de fans d'un parti et son importance dans le paysage politique. Le PDC est sous-représenté sur Facebook alors que le PLR et l'UDC y sont sur-représentés.

Manque de professionnalisme

Le multilinguisme serait mal appréhendé. Le PBD ne publie ainsi qu'en allemand. Les solutions choisies sont peu adaptées à la gestion simultanée de plusieurs langues. La plupart des partis (PS,PDC,PLR,Verts, PVL) assurent l'essentiel de leurs publications par des liens renvoyant à des communiqués de presse. Les pages restent très formelles et officielles.

Virtua dénonce aussi un manque de structure et de professionnalisme, avec son lot de doublons, voire d'erreurs de communication. La plupart des pages cantonales et locales relèveraient d'initiatives particulières, sans charte graphique ni ligne éditoriale claire.

Les mises en réseau seraient sous-exploitées. Le PS n'utilise ainsi pas au niveau fédéral les 7100 fans des 23 pages de sa section cantonale. Enfin, le rythme des publications est jugé irrégulier et trop dépendant des périodes de votation. (ats/nxp)

Créé: 26.07.2012, 15h04


Sondage

La Suisse aurait-elle dû interdire la bannière anti-Erdogan?





Sondage

Vols en baisse mais violence en hausse: vous sentez-vous en sécurité en Suisse?




Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.