Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 15:28

Enquête Les profs d'uni suisses sont les mieux payés

Les enseignants qui exercent leur métier en Suisse sont les mieux rémunérés. De quoi inciter leurs homologues français et allemands à tenter leur chance sur le sol helvétique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les universités suisses sont très généreuses avec leurs professeurs. D'après une étude comparative de la NZZ am Sontag publiée dimanche, un enseignant d'uni à temps plein sur le territoire helvétique touche en moyenne 17'000 francs par mois.

Une somme qui est très largement supérieure à ce que gagnent les professeurs des autres pays du monde. Au Canada, qui arrive en deuxième position de ce classement comprenant 28 pays, un prof gagne environ 14'000 francs par mois. C'est bien mieux qu'en France, oú un enseignant est rétribué un peu plus de 7'000 francs en moyenne.

Productives dans la recherche

Les profs d'uni sont donc les mieux payés au monde, mais cet élément ne suffit pas à expliquer la renommée internationale des universités suisses. «Si elles sont si bien placées sur le marché international, c'est qu'elles sont très productives dans la recherche», explique Philip Altbach, du Centre pour l'enseignement supérieur international de Boston. «Le fait d'avoir plusieurs grandes universités pour un si petit pays est extraordinaire.»

A l'intérieur du pays, les disparités restent importantes selon les chiffres de la Conférence universitaire de Suisse. Les universités germanophones de Bâle, Zurich, Berne et Saint-Gall versent des salaires plus conséquents à ses enseignants que celles de Fribourg ou Lausanne. Un professeur ordinaire touchant au maximum 249'000 francs annuels à Bâle jusqu'à 186'000 francs à Lucerne.

Cependant, on retrouve les plus hauts salaires de professeurs dans les Écoles Polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich, avec un maximum de plus de 271'000 francs annuels.

Majorité de profs allemands

Ces dernières années, de plus en plus de professeurs français ont rallié la Suisse pour exercer leur activité, privilégiant les universités de Lausanne ou Genève. Cependant, les enseignants allemands restent les plus implantés dans le paysage helvétique.

Touchant en moyenne 9'500 francs en Allemagne selon l'étude de la NZZ, un professeur outre-Sarine peut aspirer à gagner le double en venant travailler en Suisse: les salaires offerts, la qualité et la taille des installations sont autant de facteurs incitatifs à la migration. «Il n’y a plus de relève suisse, le bassin est asséché», a expliqué le spécialiste en recrutement, Guido Schilling, à swissinfo.ch. «Les entreprises veulent les meilleurs. C’est pourquoi elles recherchent aussi leurs cadres à l’étranger.»

Aujourd'hui, 60% des immigrés allemands sont des universitaires. Une grande majorité d'entre eux ont des postes de cadres dans la recherche à Bâle et Zurich. A Lausanne et Genève, les professeurs français représentent moins de 20% des effectifs.

(nxp)

(Créé: 21.05.2012, 13h38)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.