Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 00:39

Patriotisme Les propos de Blocher suscitent de vives réactions

«Les Romands ont une conscience nationale plus faible» estime l’ancien conseiller fédéral. Ces propos provoquent indignation et colère au-delà même de la frontière linguistique.

Sondage

Comme le suggère Christoph Blocher, les Romands sont-ils des mauvais patriotes?

Oui.

 
29.8%

Non.

 
70.2%

2522 votes au total


Galerie photo

Les votations du 9 février en images

Les votations du 9 février en images Les Suisses acceptent de justesse l'initiative UDC «Contre l'immigration de masse», disent oui aussi au fonds ferroviaire, mais balaient l'initiative contre le remboursement de l'avortement. Images.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Christoph Blocher a triomphé dimanche 9 février avec l'initiative de l'UDC «Contre l’immigration de masse» mais sa victoire n'est pas complète: tous les cantons romands ont en effet rejeté le texte, faisant ressortir le Röstigraben, déjà visible en 1992 avec le vote sur l'Espace Économique Européen (EEE).

Pour le vice-président de l'UDC, une seule explication à ce demi-revers: «Les Romands ont toujours eu une conscience nationale plus faible», comme l'explique l'ex-Conseiller fédéral dans une interview relayée par Le Temps et accordée à la Basler Zeitung, un journal qu'il contrôle.

Il se réjouit toutefois que l'initiative ait reçu un meilleur accueil que lors de la votation sur l'EEE. «Il y avait alors dans certaines communes romandes 90% de soutien pour une entrée dans l’EEE», se souvient-il. Il déplore en passant que les cantons de Zoug et Zurich aient rejeté l'initiative dimanche, relevant que les villes alémaniques n'ont pas été convaincues non plus.

Surpris par la victoire

Tout en réitérant sa foi dans les bilatérales, il rejette toutefois tout retour au Conseil fédéral mais il enjoint le gouvernement à mettre en œuvre le texte de l’initiative. «C’est son devoir», martèle Christoph Blocher. «S’il trouve cela trop difficile, il doit démissionner.»

Il rappelle que le Conseil fédéral est le «serviteur du peuple» et espère que les Conseillers fédéraux ne chercheront pas à tergiverser en relativisant ou en prétextant la difficulté à appliquer le verdict populaire.

Il a tout de même reconnu qu'il ne s'attendait pas à la victoire. «Je n'aurais jamais pensé que le peuple suisse avait cette force. Voter dans ces conditions, avec les menaces, en demande beaucoup.» (Le Matin)

(Créé: 13.02.2014, 09h28)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.