ACCUEIL 26.10.2014 Mis à jour à 00h01

Les requérants «récalcitrants» tous au même endroit?

Politique d'asile

L’UDC veut interner les requérants d’asile ayant commis des délits dans un centre national. Deux semaines avant le débat sur l’asile au National, Tonni Brunner confirme que son parti souhaite cette solution.

Mis à jour le 03.06.2012
Toni Brunner estime que quelques centaines de requérants seraient concernés.

Toni Brunner estime que quelques centaines de requérants seraient concernés.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

«La Confédération doit mettre sur pied et financer un centre national», indique Toni Brunner dans une interview à la Zentralschweiz am Sonntag. Ce camp d’internement doit accueillir les requérants d’asile qui ont enfreint la loi: «Du trafic de drogue aux agressions en passant par les cambriolages». Toni Brunner estime que quelques centaines de personnes seraient concernées.

La proposition UDC devrait être débattue le 13 juin au Conseil national. La révision de la loi sur l’asile est ensuite au programme. La commission des institutions politiques est également d’avis qu’il faut héberger les requérants d’asile ayant commis des délits et ceux jugés «récalcitrants» dans des centres spéciaux.

Liberté de mouvement restreinte

Une majorité de la commission s’est prononcée en faveur d’une modification en ce sens de la loi sur l’asile. La commission ne veut toutefois pas enfermer les requérants mais leur assigner un périmètre pour limiter leur liberté de mouvement.

Pour Tonni Brunner, cette proposition ne va pas assez loin. Les «camps d’internement light» ne suffisent pas à l’UDC, assure-t-il. Il est nécessaire que le camp soit entouré d’un grillage, poursuit le président de l’UDC. «Ce qui compte, c’est que ceux qui ont ruiné leur chance d’obtenir l’asile en Suisse ne puissent plus aller et venir comme bon leur semble».

Toni Brunner ne partage pas les doutes émis par les partisans des droits de l’homme. «On nous mène en bateau et l’on ne se rend pas compte que de tels camps d’internement sont déjà une réalité à l’étranger». La Grèce dispose par exemple d’un dispositif similaire et les Pays-Bas connaissent une procédure d’asile qui se déroule dans des centres fermés.

Créé: 03.06.2012, 11h55

Sondage

Les cantons romands doivent-ils sanctionner les fumeurs de cannabis avec plus de sévérité?





Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne