Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 04:34

Pharma «Méthodes cavalières» dénoncées dans le dossier Merck-Serono

Unia a dénoncé jeudi les méthodes de la direction de Merck Serono dans sa gestion des suppressions de postes dans les cantons de Genève et de Vaud. Le syndicat réclame toujours l’ouverture de «vraies négociations».

Yves Defferrard, d'Unia, le bras tendu lors d'une grève d'avertissement en novembre dernier.

Yves Defferrard, d'Unia, le bras tendu lors d'une grève d'avertissement en novembre dernier. Image: Keystone

Débrayage d’une heure à Genève

Le personnel de Merck Serono, soutenu par le syndicat Unia, a maintenu sa pression jeudi à Genève. Un débrayage d’une heure d’une partie des employés a eu lieu sur le site genevois du groupe allemand pour protester contre l’absence de vraies négociations avec la direction.

Quelque 250 personnes ont pris part au débrayage devant l’entrée de Merck Serono, a précisé le syndicat Unia, alors qu’une grande partie des chercheurs étaient en formation continue pour la journée. Durant le débrayage, les employés ont à nouveau clairement formulé la revendication d’ouvrir de vraies négociations avec la direction sur leurs propositions alternatives à la fermeture du site.

Une assemblée générale du personnel, convoquée pour vendredi, pourrait décider d’une nouvelle grève la semaine prochaine, après le succès de celle de mardi, a averti Unia.

Le personnel a aussi appelé les autorités politiques à faire en sorte que, lors des prochaines réunions de la «task force», la création d’un centre de compétence en biotechnologies dans l’arc lémanique soit concrètement mise en oeuvre.

Le personnel de Genève s’est également solidarisé avec celui du canton de Vaud, notamment avec le personnel du site de Corsier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Responsable du secteur industrie d’Unia Vaud, Yves Defferrard dénonce l’»autisme» et le «dogmatisme juridique» du géant pharmaceutique allemand. «Cette attitude n’est pas digne d’une grande entreprise comme Merck Serono qui prétend être une entreprise sociale attentive à ses salariés», tempête le syndicaliste.

Les propositions faites par les employés dans le cadre de la procédure de consultation nécessitent des discussions préalables, explique Yves Defferrard. Or, la direction refuse d’entrer dans les détails, se bornant à dire qu’elle annoncera ses décisions le 19 juin. «Ce n’est pas ainsi que fonctionne le partenariat social en Suisse», commente le syndicaliste.

La direction de Merck Serono a prévu d’avertir personnellement ce jour-là les employés touchés par les suppressions et les déplacements de postes. «Le 19 juin, il sera trop tard pour discuter», s’insurge Yves Defferrard qui appelle encore une fois la direction à repousser cette date.

«Dérapages» à Corsier

Unia dénonce en outre des «dérapages» de la part de la direction du site de Corsier (VD), qui exerce des «pressions inadmissibles» sur les employés participant aux assemblées du personnel. «Je n’ai jamais vu ça», s’exclame le syndicaliste.

Merck Serono prévoit la suppression de 500 emplois à Genève et le transfert de 750 autres à Darmstadt, Boston et Pékin. Dans le canton de Vaud, 80 suppressions de postes ont été annoncées sur les sites d’Aubonne, Coinsins et Corsier. (ats/nxp)

(Créé: 14.06.2012, 15h56)

Sondage

Donnez-vous volontiers à des organismes caritatifs?






Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.