ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 10h59

Nouvelle accusation de copinage contre Mark Muller

Immobilier

Le canton paie un loyer très élevé à un promoteur qui avait financé la campagne de Mark Muller au Conseil d'Etat en 2009. Juste à côté, la police judiciaire occupe des locaux deux fois moins chers. Mais Thierry Barbier-Mueller réagit à ces accusations.

Par Marion Moussadek. Mis à jour le 14.02.2012 26 Commentaires
Le Saint Georges Center est un nouveau bâtiment adossé au boulevard Saint-Georges à Genève. Ses architectes sont Sauerbruch & Hutton, un bureau de Berlin, qui a remporté le concours auquel ont participé sept artchitectes suisses, européennes et américains.

Le Saint Georges Center est un nouveau bâtiment adossé au boulevard Saint-Georges à Genève. Ses architectes sont Sauerbruch & Hutton, un bureau de Berlin, qui a remporté le concours auquel ont participé sept artchitectes suisses, européennes et américains.
Image: DR

Une mise au point

Nous publions ci-dessous quelques arguments avancés par Thierry Barbier-Mueller suite à la reprise par le Newsnet de l’article de 20 minutes.

Supérieur. Je confirme à nouveau ici que le coût de l'opération pour la SI St. Georges Center est bien supérieur au chiffre de 33 millions que vous énoncez. Un simple calcul, s'agissant d'un immeuble de 8 500 m² de bureaux, construit selon les normes Minergie et doté d’une installation de rafraîchissement d’air, montre que votre chiffre aboutit à un prix inférieur à CHF 4 000.-/m² simplement irréaliste. (...)

Prix du marché. Le prix de location se situe à CHF 570.-/m², ce qui est absolument en ligne (voire dans le bas de la moyenne) avec les prix du marché pour un immeuble neuf qui présente des caractéristiques techniques mentionnées ci-dessus ; d'ailleurs les statistiques de Wüest & Partner indiquent un loyer de référence de CHF 650.-/m² pour des locaux de ce type.

Biaisée. La comparaison avec le loyer de l'immeuble du Bd Carl Vogt est biaisée. Cet immeuble a été construit dans les années 50-60, et l'Etat l'occupe depuis 1961. S’il est vrai qu’il a fait récemment l’objet d’une rénovation, l’Etat a pris en charge lui-même le coût d'aménagement intérieur des locaux.

Pas de copinage. Comparons plutôt avec l'immeuble 15 rue du Stand (neuf mais pas Minergie), loué à l'Etat en 2003 (du temps de Mme Calmy-Rey et M. Moutinot, qui clairement ne sont pas des "copains") en plein marasme immobilier et pour lequel l'Etat paie un loyer de CHF 536.-/m², soit à peine 6% de moins que l'immeuble St. Georges.

Articles en relation

Un quartier et deux acteurs. Voilà pour la scène de la dernière «Genferei» révélée par 20 Minutes et qui promet de secouer encore Genève. Côté quartier, on est à deux pas du Musée d'art moderne et contemporain (MAMCO). Deux bâtiments, mais pas tout à fait le même loyer. Pour être dans le futur Saint Georges Center (SCG) qui, dès 2013, abritera une myriade de services cantonaux, il faudra débourser 600 francs le mètre carré.

Un seul locataire

A un jet de pierre de là, l'immeuble, d'une surface comparable, qui accueille la police judiciaire affiche 300 francs le mètre carré. Soit deux fois moins. Dans les deux cas, un seul locataire: le canton.

L'autre acteur? Une société immobilière. Le futur bâtiment qui verra débarquer des dizaines de services cantonaux en 2013 est géré par la SI Saint-Georges Center SA et son président Thierry Barbier Müller. Celui-là même qui, en 2009, avait financièrement soutenu la campagne électorale du ministre en charge des constructions et de l'immobilier Mark Muller, récemment embourbé dans l'affaire de l'altercation de Nouvel-An au MàD.

Un échange de bons procédés?

L'Etat s'apprête donc à verser à la société dont Thierry Barbier Müller est président, 52 millions de francs sur 10 ans pour la location de ce nouveau bâtiment adossé au boulevard de Saint-Georges, selon les calculs de 20 Minutes. «L'Etat finance l'immeuble d'un privé!», s'étrangle le député socialiste Christian Dandrès. «Je viens du monde immobilier et suis soutenu par lui», se défend le conseiller d'Etat Mark Muller qui reconnaît toutefois que les promoteurs font «une bonne affaire».

(Newsnet)

Créé: 14.02.2012, 08h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

26 Commentaires

Jean Aiplainlecu

14.02.2012, 08:35 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

ca commence à bien faire! Donc si ce petit monsieur ne veut pas démissioner par lui même, que les autres politicard fassent leur boulot et le vire! Y en a marre là! On se fout de la gueule des citoyens! Répondre


Martin Kunz

14.02.2012, 08:44 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Une telle corruption, sous nos yeux, est-ce possible?
Avec 52 millions, on peut probablement devenir propriétaire d'un certain nombre de batiments..
Comment le canton peut-il préférer verser cette argent à une entreprise privée? Ne sait-il plus quoi faire de l'argent des contribuables? Ce serait évidemment très sympa si les genevois s'unissaient pour refuser de payer leurs impots..
Répondre



Sondage

Doit-on taxer davantage les automobilistes pendulaires?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!