ACCUEIL 1.9.2014 Mis à jour à 20h21

Opération «tous en slip» réussie

Genève

C’était une première en Suisse et le pari était de taille. Les Helvètes allaient-ils se déshabiller pour des fringues? Réponse oui: une foule incroyable s’est réunie autant pour regarder que pour faire son shopping en petite tenue.

Par Caroline Piccinin. Mis à jour le 14.06.2012

1/42 Les 4 premiers, sur place depuis 23h le soir d'avant! De gauche à droite, Lauriane 21 ans, Sandra 27 ans, Sastia 19 ans et Assane 40 ans.
Image: Patrick Gilliéron Lopreno

   

Si vous avez raté le début

Jeudi matin 8h, il fait plutôt très frais. Une file interminable ainsi que de nombreux badauds sont amassés devant la boutique Desigual de Genève. «Mais ils font quoi, c’est pathétique», lance un homme, la cinquantaine, dans son costard de banquier. Ce monsieur, hébété devant les premiers fans qui se déshabillent, n’est sans doute pas au courant du concept «Seminaked Party», lancé en 2006 à Barcelone. «Entrez en sous-vêtements, sortez habillés» est l’événement que les fans de la marque attendaient en Suisse depuis l’ouverture de la boutique Genevoise en mars de cette année. Événement largement dépassé par le buzz qu’il suscite et son succès. Environ 200 personnes resteront sur le carreau, arrivées trop tard.

Sandra 27 ans, heureuse détentrice du badge numéro 1 raconte: «On est arrivés à 23 heures hier avec mes amis. Je suis ultrafan de la marque et j’étais prête à tout pour être dans les 100. On a passé la nuit à rigoler, à se réchauffer avec des thermos de café et en jouant au UNO. Là on est même pas fatigués, on est à fond». Tellement à fond qu’elle et ses copines sont déjà «en reconnaissance» hier dans la boutique pour repérer les objets du désir (stratégie opérée par beaucoup). Vania, Annécienne de 25 ans était là à une heure du matin déjà. «J’aime beaucoup ce qu’ils font, je claque une de ces thunes chez eux habituellement, alors là je n’ai pas hésité. Même nue, je l’aurai fait. J’ai une sacré personnalité et ça a aussi été l’occasion de lier connaissance ici avec des gens de toute l’Europe!» Les filles sont à fond, les messieurs eux sont curieusement beaucoup plus discrets et moins nombreux. Laurent, étudiant Lausannois de 26 ans a toutefois raconté qu’il était debout depuis 3h30 ce matin, car cette marque qu’il adore le fait un peu disjoncter et que c’était donc l’occasion d’avoir gratuitement ce short qu’il a repéré.

A 8h55, tous sont en sous-vêtements, badges vissés autour du cou et prêts à se lancer dans la jungle que représente la boutique. «Je suis tellement contente, depuis le temps qu’on attendait ça» glisse une vendeuse ravie. Une de ses collègues, normalement en congé, est tout de même venue au travail, tellement enthousiasmée par ce happening, qu’elle est, elle aussi en sous-vêtements: «Impossible que je rate ça».

9h00, ouverture du shop, tout le mode court au son des «Pussycat Dolls» qui résonne à fond dans la boutique. Sourire aux lèvres, choix stratégique, visage tendu, coup de cœur ou d’un calme olympien, tous ont leur façon de procéder à la sélection des deux pièces qu’ils recevront gratuitement. Les plus rapides arrivent déjà à la caisse. Signature obligatoire d’un contrat ou chacun cède son droit à l’image sur cet événement, contrôle des deux pièces (un haut, un bas) et tout est en ordre! On recroise Sandra, Miss n°1, heureuse comme tout d’avoir réussi à attraper pile-poil ce qu’elle avait repéré, à savoir un manteau à 454 fr. et une robe à 79 fr. Tant qu’à faire, autant prendre des pièces coûteuses.

La valse durera jusqu’à 10 h, ou les «simples» clients pourront enfin venir profiter des soldes. Certains, n’ayant apparemment pas compris le concept, attendaient toujours en petite tenue devant le magasin… Mais fière de son succès, la marque a décidé d’offrir un rabais de 50% pour récompenser les participants arrivés après les 100 premiers.

Opération réussie pour la marque qui lançait donc sa saison de soldes en grande pompe en terre genevoise, en parallèle de Düsseldorf. Et comme disait beaucoup de monde rencontré sur place sur la marque multicolore: «Desigual, on aime ou on déteste, mais ça ne laisse personne indifférent». (Le Matin)

Créé: 14.06.2012, 12h09

Sondage

Air14 à Payerne fait-il trop de bruit?




Sondage

Doit-on taxer davantage les automobilistes pendulaires?




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

Les petits Romands doivent-ils désormais apprendre l'anglais avant l'allemand?




Sondage

La Suisse doit-elle soutenir la candidature de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA?



Sondage

L'homosexualité est-elle encore trop montrée du doigt en Suisse?