Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:57

Affaire Hildebrand Privé d'immunité, Blocher dénonce une décision politique

La Commission des affaires juridiques des Etats a tranché contre le tribun zurichois. La justice va donc pouvoir poursuivre pénalement Blocher. Celui-ci parle d'une décision incroyable.

Christoph Blocher a déclenché l'affaire Hildebrand en décembre 2011.

Christoph Blocher a déclenché l'affaire Hildebrand en décembre 2011. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mauvaise nouvelle pour Christoph Blocher. La Commission des affaires juridiques des Etats a décidé d'aller plus loin que la Commission de l'immunité du Conseil national. Dans l'affaire Hildebrand, elle n'accorde pas d'immunité du tout au conseiller national zurichois. Celui-ci pourra être poursuivi pénalement.

La justice zurichoise, qui accuse Christoph Blocher d'incitation à la violation du secret bancaire, va donc pouvoir continuer son enquête. Elle va notamment examiner le matériel qu'elle a saisi lors d'une perquisition dans la villa du politicien.

La Commission des Etats est allée plus loin que celle du National. Celle-ci avait accordé en avril une immunité partielle. Blocher était protégé après son assermentation mais pas entre son élection et sa prestation de serment.

A une courte majorité, le Commission des Etats décide de n'accorder aucune immunité à Christoph Blocher. Ni avant son assermentation, ni après. La justice zurichoise devrait avoir complètement les mains libres pour enquêter. Elle accuse notamment le conseiller national d’avoir violé le secret bancaire et incité le 27 décembre 2011 à divulguer des documents bancaires à un organe de presse, en l’occurrence le journal Die Weltwoche.

La majorité de la commission sénatoriale juge que cette fuite active n’est pas digne de la protection parlementaire. L'élu aurait dû s’adresser à la justice et non à la presse. Pour une minorité de la commission, la haute surveillance de la BNS fait partie intégrante de l’activité parlementaire.

Il demeure néanmoins une divergence entre les deux Chambres. Le sujet va donc revenir à la Commission de l'immunité du National. Celle-ci dira si elle se rallie ou non aux Etats. Si elle maintient la divergence, ce sera à la Commission des Etats de statuer. Si les deux commissions campent sur leur position, une réunion de conciliation aura lieu.

Immunité partielle ou pas d'immunité du tout, voilà l'alternative pour Christoph Blocher. Il aura donc maille à partir de toute façon avec la justice. Mais comme tout accusé, il bénéficie de la présomption d'innocence.

Blocher: «Je n'ai fait que mon devoir»

«Je m'y attendais. C'est une décision politique.» Voilà comment a réagi Christoph Blocher, un quart d'heure après la décision de la Commission des affaires juridiques des Etats. «Il est incroyable d'entendre de la part de la Commission que la surveillance de l'administration ne relève pas du travail d'un parlementaire. Je n'ai fait que mon devoir. A l'étranger, personne n'a compris que le patron de la BNS spéculait sur les monnaies.»

Il met en cause le fait que les deux commissions aient décidé que son immunité n'entrait en vigueur formellement qu'à son assermentation. «Cela n'a jamais été le cas pendant des décennies. L'immunité s'applique dès l'élection».

Pourquoi ne s'est-il pas adressé à la commission de gestion pour dénoncer l'affaire? Il rigole. «A voir comment les élus me traitent, elle aurait étouffé l'affaire et Philipp Hildebrand serait toujours à son poste», dit-il en substance. Il nie cependant avoir incité la divulgation de documents à la Weltwoche. Mais il trouve que c'est une bonne chose que l'affaire soit sortie publiquement.

Il sait qu'il va avoir à faire maintenant avec la justice. «Allez-vous démissionner?», questionne un journaliste. «Et pourquoi donc? Je ne vois pas ce qu'on peut me reprocher».

(nxp)

(Créé: 31.05.2012, 17h40)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.