ACCUEIL 23.4.2014 Mis à jour à 18h36

Quatre millions d'euros retirés de Suisse

Affaire Bettencourt

L’héritière de L’Oréal Liliane Bettencourt aurait rapatrié quatre millions d’euros en espèces de Suisse de 2007 à 2009, affirme mercredi l'hebdomadaire français Marianne dans une enquête.

Mis à jour le 14.03.2012
L'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt.

L'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt.
Image: Keystone

Liliane Bettencourt aurait rapatrié quatre millions d’euros en espèces de Suisse de 2007 à 2009, assure mercredi l’hebdomadaire français Marianne, qui insiste sur d’importants retraits coïncidant avec la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Ces informations tirées, selon Marianne, de réponses à une commission rogatoire diligentée en Suisse par le juge d’instruction de Bordeaux Jean-Michel Gentil, arrivées "il y a deux jours", n’étaient pas immédiatement confirmables.

Selon l’hebdomadaire, l’enquête demandée par M. Gentil en Suisse porte sur "la dizaine de comptes que possédait Liliane Bettencourt" dans ce pays et montre qu’un "système très sophistiqué de compensation entre la France et la Suisse" aurait permis à l’héritière de L’Oréal de "rapatrier pas moins de quatre millions d’euros en espèces durant les années 2007, 2008 et 2009".

Marianne observe que des retours en espèces "très importants" ont été acheminés depuis la Suisse vers Liliane Bettencourt - qui souffre depuis septembre 2006 de problèmes psychiques ayant entraîné sa mise sous tutelle en octobre dernier - et son ancien gestionnaire de fortune Patrice de Maistre "durant le premier semestre 2007", juste avant l’élection de Nicolas Sarkozy.

Hommes de pailles

Marianne évoque deux retours de 400'000 euros: un début février 2007, "grâce à des hommes de paille qui devraient être très prochainement entendus", l’autre entre les deux tours de l’élection présidentielle.

Or, selon l’ex-comptable des Bettencourt Claire Thibout, M. de Maistre avait déclaré début 2007 devant elle qu’il voulait remettre 150'000 euros à l’ancien ministre Eric Woerth, alors trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy. Elle n’avait pu en donner que 50'000 à Mme Bettencourt pour qu’elle les remette à M. de Maistre.

Quelques jours plus tard, Mme Thibout a indiqué aux enquêteurs qu’elle avait croisé M. de Maistre et qu’il lui avait vanté l’intérêt d’avoir des comptes en Suisse. Elle en avait déduit qu’il s’était peut-être procuré de cette manière les 100'000 euros restants.

Eric Woerth a été mis en examen le 9 février pour "recel à raison d’une présumée remise de numéraire qui lui aurait été faite par M. Patrice de Maistre". (afp/Newsnet)

Créé: 14.03.2012, 14h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce