ACCUEIL 26.5.2016 Mis à jour à 08h34

Ruée sur les billets de 1000

Epargne

Il n’y a jamais eu autant de billets violets en circulation. Une des explications serait liée à la crise. Manque de confiance, taux d’intérêt très bas, les Suisses gardent leur argent chez eux.

Par Sandra Imsand. Mis à jour le 26.03.2013 67 Commentaires

Image: Keystone

Avez-vous aussi constitué un bas de laine?

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Fin décembre 2012, il y avait 37,4 millions de coupures de 1000 francs en circulation. Soit 37,4 milliards de francs en grosses coupures, ce qui représentait l’équivalent de 60% de tout l’argent liquide à ce moment-là. Jamais dans les statistiques de la Banque nationale suisse (BNS), ce chiffre n’avait été aussi haut. A la même période en 2011, il y avait 33,27 millions de billets violets à l’effigie de Jacob Burckhardt en circulation. En décembre 2010, 30,4 millions.

Une explication à ce phénomène serait à chercher du côté de la morosité économique. «Le nombre de billets de 1000 francs en circulation était plutôt stable avant la crise financière de 2008, explique Walter Meier, de la BNS. Tout à coup, nous avons vécu une grosse augmentation, soit près d’un million de coupures en plus en l’espace d’un mois.» Le porte-parole estime qu’une des raisons du succès de ce billet serait la réserve de valeur, à savoir conserver ses économies chez soi. «En effet, il est possible de stocker plus d’argent en un espace plus petit.»

Une situation rendue possible grâce aux taux d’intérêt ridiculement bas proposés par les banques. «Les coûts d’opportunités pour posséder des billets de banques sont très bas», explique Silvia Oppliger, de la BNS. A savoir qu’en choisissant de garder son argent à la maison plutôt que de le placer sur un compte, on ne renonce pas à une somme importante qu’auraient rapportée les intérêts. Corollaire de ces épargnes à domicile: l’augmentation des ventes de coffres-forts. Depuis plusieurs années, les privés se ruent sur ce type de bien. «La clientèle a changé, confirme Pascal Page, responsable de Servicoffres. Il y a moins de banques et plus de personnes qui veulent un coffre-fort pour leur domicile.» Le Vaudois estime que ce changement s’explique par une perte de confiance envers les administrations bancaires mais aussi par l’attrait de pouvoir garder ses valeurs près de soi, toujours accessibles. (Le Matin)

Créé: 26.03.2013, 09h06

67

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

67 Commentaires

Michel Favre

26.03.2013, 07:37 Heures

Les Suisses gardent leurs billets chez eux. Un article qui va donner des idées aux adeptes du "shopping" de la région lyonnaise. Est-il vraiment nécessaire de publier ce type d'information ? Répondre


Michel Favre

26.03.2013, 07:58 Heures

En Suisse nous sommes quand même d'une naïveté qui confine au génie. Entre local.ch, twixtel, des journaux qui publient ce type d'informations, ou les profils facebook, nous donnons aux malfrats les clés pour préparer de manière optimale leurs coups. Répondre



Sondage

Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne