Vendredi 2 décembre 2016 | Dernière mise à jour 20:33

Clause guillotine Sans libre-circulation, pas d'Erasmus

Un diplomate européen estime que renégocier les accords de libre-circulation est exclu. Et que leur suspension inclut que l'UE coupe à son tour la route des étudiants suisses. L'agenda européen démarre.

La clause guillotine inclut la remise en question de tous les accords qui nous lient à l'Union européenne.

La clause guillotine inclut la remise en question de tous les accords qui nous lient à l'Union européenne. Image: Keystone

Galerie photo

Les votations du 9 février en images

Les votations du 9 février en images Les Suisses acceptent de justesse l'initiative UDC «Contre l'immigration de masse», disent oui aussi au fonds ferroviaire, mais balaient l'initiative contre le remboursement de l'avortement. Images.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un haut diplomate européen a exprimé lundi de façon très catégorique la position de l'Union européenne après le vote sur l'immigration en Suisse. Selon lui, «une renégociation de la libre-circulation des personnes est exclue pour l'UE». L'introduction de quotas est tout aussi inacceptable.

Par ailleurs, le diplomate signale que si la Suisse devait suspendre l'extension de la libre-circulation à la Croatie, l'UE en ferait de même avec les négociations sur la participation suisse aux programmes de recherche «Horizon 2020» et de formation «Erasmus».

Erasmus et libre-circulation liés

«Il y a un lien entre ces accords et la libre-circulation, estime ce haut diplomate. Les deux programmes doivent favoriser l'échange d'étudiants, d'apprentis, d'élèves et d'enseignants.

Côté suisse, le Secrétaire d'Etat à la formation et à la recherche Mauro Dell'Ambrogio s'est justement rendu lundi à Luxembourg. Il doit notamment prendre part à des négociations sur «Horizon 2020» et «Erasmus ». La tâche s'annonce plus difficile après la votation de dimanche.

Sa visite était liée à l'Agence spatiale européenne. Cette dernière élabore sur mandat de l'Union européenne (UE) le programme de navigation par satellite Galileo, auquel la Suisse participe.

Pas d'influence sur le dossier fiscal

Dans un autre domaine, un round de négociations sur la fiscalité de l'épargne est prévu en fin de semaine à Bruxelles. Le Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI) part de l'idée que l'acceptation de l'initiative de l'UDC n'aura pas d'influence sur les discussions.

Les deux parties ont intérêt à régler le dossier, qui n'est pas en lien avec la libre-circulation des personnes, a indiqué lundi Mario Tuor porte-parole du SFI.

Enfin, le Comité des représentants permanents des 28 membres de l'UE devrait aborder jeudi le mandat de l'UE concernant les négociations avec la Suisse sur la poursuite de la voie bilatérale et les questions institutionnelles.

(Créé: 10.02.2014, 17h58)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.