ACCUEIL 28.7.2014 Mis à jour à 01h10

Simonetta Sommaruga consulte les associations de parents

Pensions alimentaires

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a rencontré lundi une quarantaine de représentants d'associations de parents en vue d'une révision de loi concernant des pensions alimentaires.

Mis à jour le 30.04.2012 10 Commentaires
Simonetta Sommaruga a souligné qu'elle entendait faire avancer ce dossier avec la même priorité que celle qui a prévalu pour l'autorité parentale.

Simonetta Sommaruga a souligné qu'elle entendait faire avancer ce dossier avec la même priorité que celle qui a prévalu pour l'autorité parentale.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a rencontré lundi une quarantaine de représentants d’associations de parents pour parler des pensions alimentaires. Le Conseil fédéral mettra en consultation d’ici l’été un projet de révision du droit régissant les contributions d’entretien des parents non mariés ou divorcés.

La révision de la loi a été lancée parce que le Tribunal fédéral a constaté que la réglementation actuelle n’est pas toujours satisfaisante, rappelle le Département fédéral de justice et police (DFJP) dans un communiqué. Actuellement, le parent exerçant le droit de garde, le plus souvent la mère, assume seul le déficit financier lorsque les moyens manquent.

Remboursement de l’aide sociale

Les participants à cette table ronde ont notamment abordé la question du remboursement de l’aide sociale, a indiqué à Oliver Hunziker, président de l’Association suisse pour la coparentalité. Aujourd’hui, si la mère revient un jour à meilleure fortune, «elle doit assumer et repayer l’Etat», a-t-il expliqué.

Pour l’association, cette charge devrait être partagée de manière égale entre les parents. Ainsi, l’Etat serait remboursé entièrement si tous deux voient leur situation financière s’améliorer et à moitié si c’est le cas seulement pour l’un des parents.

Selon Oliver Hunziker, cette proposition ne semble toutefois pas avoir convaincu Mme Sommaruga, qui devrait poursuivre une autre piste: celle de «transférer cette responsabilité de la mère au père». Le DFJP n’a pas souhaité commenter cette affirmation, soulignant que la rencontre visait à permettre aux différents points de vue de s’exprimer.

Les positions des asssociations seront intégrées au projet qui va être mis en consultation, a précisé Guido Balmer, porte- parole.

Enfant au centre

Une autre idée semble avoir convaincu la majorité des personnes réunies: à l’avenir, «le bénéficiaire de la pension alimentaire devrait être l’enfant et non plus la mère», a expliqué Oliver Hunziker. Pour les participants à la table ronde, l’enfant doit être au centre des préoccupations, a indiqué de son côté Guido Balmer, porte-parole du DFJP, sans apporter plus de précisions sur le contenu des discussions.

Oliver Hunziker s’est par ailleurs dit «très content» de l’occasion offerte à la branche de donner son avis «très tôt» dans la procédure. Le projet du Conseil fédéral devrait être mis en consultation fin juin, a-t-il précisé. Ambiance détendue

De son côté, Simonetta Sommaruga a souligné qu’elle entendait faire avancer ce dossier avec la même priorité que celle qui a prévalu pour l’autorité parentale, selon le communiqué du DFJP. A l’origine, elle avait voulu lier l’autorité parentale aux questions de pensions alimentaires.

Mais sous la pression des associations de pères, elle avait fait marche arrière en réglant les deux aspects séparément. La rencontre d’aujourd’hui a été très détendue, très loin des tensions qui avaient existé à l’époque, a précisé M. Balmer.

Le Conseil fédéral a transmis en novembre dernier au Parlement un projet qui vise à ce que le père et la mère puissent prendre ensemble les décisions touchant leurs enfants. (ats/Newsnet)

Créé: 30.04.2012, 20h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

10 Commentaires

Ca FaitPeur

30.04.2012, 21:23 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

Une répartition équitable des frais ce n'est pas moitié-moitié ? L'enfant n'est bientôt plus qu'un prétexte pour dépouiller certains citoyens du peu qu'il leur réste aprés l'AVS, le deuxième pillier, l'AC, la LAMAL, les Impôts et la TVA (je ne parle même pas de l'éssence, de la taxe carbone, de la vignette et de l'impôt foncier). Une vrais socialiste cette Simmonetta ! Répondre


Cause des hommes

01.05.2012, 10:26 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

«le bénéficiaire de la pension alimentaire devrait être l’enfant et non plus la mère» ENFIN! Trop de femmes vénales prennent encore la pension alimentaire comme un supplément d'argent de poche qui leur est dû et non comme ce qu'elle est : un fond d'entretien de leur progénitures. Vivement la garde partagée, que l'on atteigne enfin la vraie égalité (pas celle souhaitée par les féministes, hélas). Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce