Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 10:29

Zurich Simonetta Sommaruga reconnaît le droit à l’aide au suicide

A l'occasion d'un congrès mondial à Zurich, la conseillère fédérale a plaidé pour un renforcement de la médecine palliative tout en reconnaissant le droit à l’aide au suicide pour les malades condamnés.

Simonetta Sommaruga participait à Zurich à un congrès mondial sur l'assistance au suicide.

Simonetta Sommaruga participait à Zurich à un congrès mondial sur l'assistance au suicide. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Simonetta Sommaruga a plaidé vendredi à Zurich pour un renforcement de la médecine palliative tout en reconnaissant le droit à l’aide au suicide pour les malades condamnés. La ministre de la justice a défendu en outre la politique du Conseil fédéral dans ce domaine.

Face aux délégués du congrès biennal du WFRtDS (Fédération internationale des sociétés pour le droit de mourir), la socialiste a déclaré que la législation actuelle était suffisante pour protéger à la fois la vie et le droit à l’autodétermination. «Des dispositions supplémentaires mènent rapidement à une restriction du droit à l’auto-détermination, ce que refuse le Conseil fédéral.» Selon Simonetta Sommaruga, la majorité de la population est «à l’évidence» du même avis car la position prise il y a un an par le gouvernement «n’a pas fait de bruit». Dès 2013, la déclaration d’intention du patient sera renforcée dans la loi sur la protection des adultes: le médecin sera alors lié par les volontés du malade sauf en cas de doute sur celles-ci ou si elles incitent à des actes illégaux.

Une possibilité parmi d’autres

La ministre a en outre déploré le rôle encore trop limité que joue la médecine palliative en Suisse. Le Conseil fédéral veut la renforcer et l’encourager, car elle apporte une «contribution importante au droit à l’autodétermination».

L’aide au suicide est «une possibilité», «mais la médecine palliative offre encore d’autres possibilités pour les personnes en fin de vie», a-t-elle souligné. «La décision d’un suicide doit être prise en connaissance de ces autres possibilités.»

Reconnaissant la confiance dont jouissent apparemment les organisations d’aide au suicide, la conseillère fédérale s’est toutefois interrogée sur le sens philosophique de ce type de décès. Evoquant une société où le hasard n’a plus sa place, elle s’est demandée si le succès des associations comme Exit était «l’expression que nous voulons aussi maîtriser la mort».

Dignité pour chacun

Elle a en contrepartie demandé si l’incapacité de la médecine à laisser mourir un patient en paix était le prix à payer du progrès médical. Et d’ajouter: «Quelle forme de soins voulons-nous? Une qui lutte contre la mort jusqu’au bout? Ou une qui place l’humain et ses besoins au centre?»

En guise de conclusion, la conseillère fédérale en a appelé à la dignité pour chacun. «Personne ne doit se prévaloir de définir ce que la dignité signifie en fin de vie - sauf pour soi-même.» La présence à Zurich du congrès de la WFRtDS, qui se termine lundi, coïncide avec les 30 ans d’Exit en terres helvétiques. La journée de vendredi était ouverte au public. Au même moment, les opposants à l’aide au suicide se sont réunis dans un bâtiment voisin à l’appel de l’organisation Human Life International. (ats/nxp)

(Créé: 15.06.2012, 23h36)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.