ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 17h35

Simonetta Sommaruga reconnaît le droit à l’aide au suicide

Zurich

A l'occasion d'un congrès mondial à Zurich, la conseillère fédérale a plaidé pour un renforcement de la médecine palliative tout en reconnaissant le droit à l’aide au suicide pour les malades condamnés.

Mis à jour le 15.06.2012 5 Commentaires
Simonetta Sommaruga participait à Zurich à un congrès mondial sur l'assistance au suicide.

Simonetta Sommaruga participait à Zurich à un congrès mondial sur l'assistance au suicide.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Simonetta Sommaruga a plaidé vendredi à Zurich pour un renforcement de la médecine palliative tout en reconnaissant le droit à l’aide au suicide pour les malades condamnés. La ministre de la justice a défendu en outre la politique du Conseil fédéral dans ce domaine.

Face aux délégués du congrès biennal du WFRtDS (Fédération internationale des sociétés pour le droit de mourir), la socialiste a déclaré que la législation actuelle était suffisante pour protéger à la fois la vie et le droit à l’autodétermination. «Des dispositions supplémentaires mènent rapidement à une restriction du droit à l’auto-détermination, ce que refuse le Conseil fédéral.» Selon Simonetta Sommaruga, la majorité de la population est «à l’évidence» du même avis car la position prise il y a un an par le gouvernement «n’a pas fait de bruit». Dès 2013, la déclaration d’intention du patient sera renforcée dans la loi sur la protection des adultes: le médecin sera alors lié par les volontés du malade sauf en cas de doute sur celles-ci ou si elles incitent à des actes illégaux.

Une possibilité parmi d’autres

La ministre a en outre déploré le rôle encore trop limité que joue la médecine palliative en Suisse. Le Conseil fédéral veut la renforcer et l’encourager, car elle apporte une «contribution importante au droit à l’autodétermination».

L’aide au suicide est «une possibilité», «mais la médecine palliative offre encore d’autres possibilités pour les personnes en fin de vie», a-t-elle souligné. «La décision d’un suicide doit être prise en connaissance de ces autres possibilités.»

Reconnaissant la confiance dont jouissent apparemment les organisations d’aide au suicide, la conseillère fédérale s’est toutefois interrogée sur le sens philosophique de ce type de décès. Evoquant une société où le hasard n’a plus sa place, elle s’est demandée si le succès des associations comme Exit était «l’expression que nous voulons aussi maîtriser la mort».

Dignité pour chacun

Elle a en contrepartie demandé si l’incapacité de la médecine à laisser mourir un patient en paix était le prix à payer du progrès médical. Et d’ajouter: «Quelle forme de soins voulons-nous? Une qui lutte contre la mort jusqu’au bout? Ou une qui place l’humain et ses besoins au centre?»

En guise de conclusion, la conseillère fédérale en a appelé à la dignité pour chacun. «Personne ne doit se prévaloir de définir ce que la dignité signifie en fin de vie - sauf pour soi-même.» La présence à Zurich du congrès de la WFRtDS, qui se termine lundi, coïncide avec les 30 ans d’Exit en terres helvétiques. La journée de vendredi était ouverte au public. Au même moment, les opposants à l’aide au suicide se sont réunis dans un bâtiment voisin à l’appel de l’organisation Human Life International. (ats/Newsnet)

Créé: 15.06.2012, 23h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

5 Commentaires

le vrai herve tinguely

16.06.2012, 08:35 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

bravo madame sommaruga vous avez raison quand a l,évèque de fribourg il n,a rien a dire sur ce problème ce n,est pas a l,èglise d,influencée les gens.il y a quelque temp un monsieur s,est defenestré a l,hopital de payerne il en avait marre de souffrir.sur l,article de l,èvèque on ne pouvait ecrire de commentaires?pourquoi? Répondre


François demaret

16.06.2012, 09:37 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

"renforcement de la médecine palliative tout en reconnaissant le droit à l’aide au suicide pour les malades condamnés" ** Personne** ne doit se prévaloir de définir ce que la dignité signifie en fin de vie - sauf pour soi-même". Bravo tout est dit dans ces 2 phrases! Respect du droit et du choix de chaque individu. Interdire à d'autres de choisir pour soi. Pour la 1ère fois 100% d'accord avec vous Répondre



Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne