Mercredi 31 août 2016 | Dernière mise à jour 05:58

Salaires Sous-enchère: Genève va renforcer les contrôles

Les syndicats et le patronat genevois ont conclu un accord pour mieux lutter contre la sous-enchère salariale dans le canton.

La révision de la loi sur l'inspection et les relations du travail (LIRT) vise à créer une inspection paritaire des entreprises, a indiqué devant les médias le conseiller d'Etat Pierre Maudet, en charge du Département de la sécurité et de l'économie.

La révision de la loi sur l'inspection et les relations du travail (LIRT) vise à créer une inspection paritaire des entreprises, a indiqué devant les médias le conseiller d'Etat Pierre Maudet, en charge du Département de la sécurité et de l'économie. Image: ARCHIVES/Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A Genève, les partenaires sociaux ont conclu un accord pour renforcer le contrôle des entreprises et ainsi lutter contre la sous-enchère salariale.

Ce projet de révision de la LIRT constitue le contre-projet à l'initiative ad hoc des syndicats.

La révision de la loi sur l'inspection et les relations du travail (LIRT) vise à créer une inspection paritaire des entreprises, a indiqué mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Pierre Maudet, en charge du Département de la sécurité et de l'économie. Composée de 24 membres proches du terrain, cette commission aura pour compétences d'investiguer, de contrôler et de dénoncer.

Cet organisme complétera le dispositif existant - l'Office cantonal de l'inspection des relations de travail (OCIRT) et les commissions paritaires. Il s'occupera surtout des secteurs qui ne sont pas couverts par une convention collective de travail. Avec la création de huit postes supplémentaires à l'OCIRT, le canton disposera d'au moins un inspecteur pour 10'000 employés, hors secteur public.

«Un signal politique»

L'Etat, les syndicats et les entreprises se félicitent de cet accord tripartite qui préserve la libre circulation des personnes et les accords bilatéraux, «fondamentaux pour notre économie», a relevé Pierre Maudet. Il doit permettre de rassurer une partie de la population quant aux règles du marché du travail, même si Genève avait rejeté l'initiative contre l'immigration de masse le 9 février 2014.

Pour la Communauté genevoise d'action syndicale (CGAS), cet accord reprend à la lettre son initiative, a salué sa présidente Manuela Cattani. Au-delà, Alessandro Pelizzari, vice-président de la CGAS, estime que Genève envoie un signal politique au reste de la Suisse en améliorant la protection des salaires.

Retrait possible de l'initiative

De son côté, l'Union des associations patronales genevoises relève que l'accord respecte désormais le caractère paritaire des contrôles, qu'il couvre l'ensemble des secteurs et met en place un instrument de milice souple. Pour les entreprises, ces mécanismes de contrôle permettent une saine concurrence.

La balle est maintenant dans le camp du Grand Conseil. S'il soutient ce contre-projet et les moyens financiers ad hoc, la CGAS retirera son initiative, a précisé Manuela Cattani. Le dispositif coûtera 2 millions de francs en 2016 et 1 million dès 2017, selon Pierre Maudet. (ats/nxp)

(Créé: 02.09.2015, 19h27)
Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.