ACCUEIL 30.6.2016 Mis à jour à 12h08

Suède et France reparlent de leurs avions de combat

Suisse

En marge de la Conférence de Munich pour la sécurité, Guy Parmelin a été approché sur les suites données au non du peuple à l'achat de Gripen.

Mis à jour le 13.02.2016 28 Commentaires
Le conseiller fédéral Guy Parmelin (image d'archives).

Le conseiller fédéral Guy Parmelin (image d'archives).
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Lors de sa première sortie à l'étranger, Guy Parmelin a pu parler à la Suède et à la France de la position de la Suisse sur l'achat d'avions de combat. Le chef du Département fédéral de la défense (DDPS) a rencontré vendredi notamment ses homologues suédois Peter Hultqvist et français Jean-Yves Le Drian, dont le pays fabrique les Rafale. Ils lui ont demandé où en était la réflexion après le refus de l'achat de 22 Gripen par le peuple, en mai 2014.

«On les a informés de la procédure qui va prochainement se mettre en route», a indiqué samedi dans un entretien à l'ats Guy Parmelin, en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité. La Suisse doit décider si elle veut des avions uniquement pour la police aérienne ou pour des tâches comme la politique de défense contre avion (DCA).

Coopération face aux baisses budgétaires

Le conseiller fédéral s'est entretenu notamment avec ses homologues allemande Ursula von der Leyen, italienne Roberta Pinotti, finlandais Jussi Niinistö, singapourien Ng Eng Hen et autrichien Hans Peter Doskozil.

«Partout, le thème de la sécurité est important. Partout, il y a des difficultés budgétaires», constate Guy Parmelin. Il va «se battre» dans les prochains mois pour obtenir les ressources dont l'armée suisse a besoin, selon lui.

D'où un appel à la coopération que beaucoup ont lancé à Munich et qui figure dans la politique de sécurité que doit valider le Parlement en 2016. Elle est nécessaire face au terrorisme et au cyberterrorisme qui constituent, selon le conseiller fédéral, la principale menace pour la sécurité de la Suisse.

A ce stade, la Suisse n'est toujours pas «la cible primaire d'attentats». «Mais on doit être prêt à toute éventualité» contre les organisations internationales ou les intérêts étrangers sur sol helvétique, fait remarquer le chef du DDPS.

Crise migratoire évoquée

Guy Parmelin souhaite que la «coopération s'améliore» de manière générale sur l'échange de renseignements entre pays. La France a récemment transmis des indications qui ont contribué au retrait des badges de sécurité d'employés de l'aéroport de Genève.

En Suisse, la Loi sur le renseignement qui sera soumise au peuple prévoit des mesures de surveillance des conversations téléphoniques et du réseau postal. «Le minimum syndical» par rapport aux autres pays, dit Guy Parmelin. «Si on n'a même pas cela, on sera bientôt sourd et aveugle», selon lui.

Catastrophes naturelles

Le conseiller fédéral veut aussi une armée plus petite, mieux équipée et active rapidement. Elle est «prête» et peut mettre des infrastructures à disposition des cantons face aux catastrophes naturelles, la seconde préoccupation sécuritaire pour la Suisse, selon lui. Une stratégie de protection de la population doit être lancée en 2016.

Sur le front des migrants, thème largement abordé à Munich, le conseiller fédéral rappelle que l'armée pourra renforcer les gardes-frontière en cas d'arrivées massives. Le gouvernement examine plusieurs scénarios sur la coordination avec les cantons, dit M. Parmelin. Notamment parce que l'Autriche veut limiter le nombre de réfugiés qui arrivent sur son sol à 37'500 cette année, contre 90'000 en 2015.

Au terme d'une semaine qui lui aura fait rencontrer aussi le ministre israélien Moshe Ya'alon, il s'est dit marqué par les approches opposées entre l'Etat hébreu et des pays comme l'Afghanistan, l'Irak ou l'Arabie saoudite pour la sécurité dans la région. (ats/nxp)

Créé: 13.02.2016, 20h07

28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

28 Commentaires

Gérald Paul Fellay

13.02.2016, 21:04 Heures

Concernant notre espace aérien, pour quelle raison remettre sur le tapis l'achat d'avions de combats, nous sommes déjà protégés par l'aviation militaire de l'OTAN, notamment les performants Rafales français. Répondre


tinguely herve

14.02.2016, 09:25 Heures

on ne veut pas d'avions je suis charlie Répondre



Sondage

A quelle série la photo de la nouvelle Municipalité de Lausanne vous fait-elle penser?





Sondage

Doris Leuthard a-t-elle raison de vouloir taxer les pendulaires aux heures de pointe?




Sondage

Accepteriez-vous de fournir votre profil Facebook pour obtenir un visa?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne