ACCUEIL 31.10.2014 Mis à jour à 13h15

Thomas Jordan, un pur produit du monde bancaire

Nouveau président de la BNS

Thomas Jordan, nommé mercredi par le Conseil fédéral à la présidence de la Banque nationale suisse (BNS), est un homme du sérail.

Mis à jour le 18.04.2012
Thomas Jordan est entré en 1997 à la BNS.

Thomas Jordan est entré en 1997 à la BNS.
Image: ARCHIVES/Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Spécialiste de la politique monétaire, le Thomas Jordan, âgé de 48 ans, est peu connu du grand public.

Le Bernois, appelé à succéder ad interim à Philipp Hildebrand, est resté jusque-là dans l'ombre de son prédécesseur. Il faut dire que le profil de gestionnaire de fonds international et d'ancien champion de natation de son prédécesseur suscitait davantage l'intérêt médiatique.

Les experts ne doutent cependant pas des qualités de Thomas Jordan, docteur en économie, né à Bienne, marié et père de deux enfants. Le «Financial Times Deutschland» estimait ainsi que cet homme de l'ombre est en fait «le cerveau de la banque centrale» et qu'il en est le «véritable décideur».

Thomas Jordan est entré en 1997 à la BNS, où il est engagé comme conseiller scientifique. Les années suivantes, il gravit progressivement les échelons hiérarchiques. En mai 2007, il accède au directoire tripartite de la BNS et prend la tête du troisième département. Cette division coiffe notamment des marchés financiers, qui commencent à dérailler quelques mois plus tard.

En 2010, il devient vice-président de la direction générale de la BNS et responsable du deuxième département, en charge de la stabilité financière, des billets et des monnaies, des finances et des risques.

Longue carrière universitaire

Parallèlement à sa carrière au sein de la BNS, Thomas Jordan affiche aussi un solide parcours académique. Après avoir obtenu un doctorat en sciences économiques à l'Université de Berne en 1993, il effectue trois années de recherche à la prestigieuse université américaine de Harvard, où il rédige sa thèse d'habilitation.

Thomas Jordan enseigne depuis la théorie et la politique monétaires dans son alma mater d'origine, où il a été nommé professeur honoraire en 2003. Pendant plusieurs années, il a également dispensé des cours à l'Université de Zurich, portant eux aussi sur la politique monétaire.

Au plan international, l'économiste participe à plusieurs groupes de travail internationaux, au sein de la Banque des règlements internationaux (BRI) ou encore de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Il a aussi publié de nombreux articles sur la théorie et la politique monétaires dans des revues spécialisées renommées, selon la BNS.

Un praticien

Ce théoricien a toutefois su démontrer ses qualités de praticien, notamment dans le cadre du sauvetage d'UBS. A l'automne 2008, lorsque la banque est embourbée dans la crise des crédits hypothécaires pourris aux Etats-Unis, il prend la tête du fond de stabilisation (stabfund), où sont parqués les actifs toxiques de la banque, qui menacent son existence. L'opération s'avère finalement bénéfique: l'an dernier, le fonds a dégagé son premier bénéfice.

Thomas Jordan a également fait partie de la commission d'experts de la Confédération chargée d'examiner la problématique du «too big to fail». Il a notamment poussé à un renforcement de la réglementation des grandes banques.

Quant à la politique de la BNS, avec un taux de change minimum de 1,20 franc pour un euro, elle ne devrait pas être modifiée. Cette stratégie sera poursuivie «avec détermination», avait lui-même affirmé Thomas Jordan en janvier devant les médias, en faisant clairement part de son intérêt pour la fonction. (ats/Newsnet)

Créé: 18.04.2012, 14h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Faut-ils encore améliorer l'accès des handicapés aux lieux publics?




Sondage

Si vous pouviez devenir propriétaire de votre logement,vous choisiriez...






  • Les reportages vidéo du Matin

    Les reportages vidéo du "Matin"

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce