Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 22:36

1er août Ueli Maurer compare l'Union européenne à Napoléon

Le conseiller fédéral compare dans son discours du 1er août la situation actuelle, «où la pression exercée par l'étranger sur l'indépendance ne faiblit pas», à la campagne de Russie.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans le viseur du Zurichois, qui s'exprimait à Hinwil et St. Margrethen (SG): l'adoption directe par la Suisse du droit européen. Le conseiller fédéral perçoit cette exigence comme une «limitation de la souveraineté», au même titre qu'au temps de Napoléon.

A l'époque, «à cause d'une politique sans courage, encline à accepter toutes les exigences étrangères et menant finalement à la perte de souveraineté, la Suisse dut sacrifier des milliers de vies humaines», a indiqué le ministre de la défense. Et ce afin de «satisfaire la politique hégémonique démesurée d'une Europe soumise à une direction centralisée», c'est-à-dire l'empire de Napoléon.

Et le conseiller fédéral de conclure, en rapprochant Bruxelles de l'empire napoléonien: «une fois de plus dans son histoire, la Suisse se retrouve confrontée au dilemme fondamental suivant: a-t-elle la volonté de conserver son indépendance ou continue-t-elle à faire des concessions?».

Ueli Maurer ajoute que la situation n'est pas similaire - aucun soldat suisse n'est envoyé en Russie faire la guerre et l'Europe n'est pas dirigée depuis Paris, concède-t-il. L'Histoire «reproduit toujours les mêmes schémas», poursuit-il néanmoins en pointant du doigt la pression que subit la Suisse de la part d'organisations internationales.

Comme «un chien méchant»

Le démocrate du centre espère une attitude décidée vis-à-vis de l'Union européenne, car la situation internationale et le comportement de certains cercles en Suisse lui causent du souci. «Qui capitule de façon dévote devant des exigences, et espère que que la partie adverse s'en contente et s'apaise commet une erreur fatale», a-t-il ajouté mardi soir, en concluant: «c'est comme un chien méchant qui ne recule que si on s'oppose à lui».

En politique internationale, les concessions rapides ne font qu'attirer de nouvelles exigences, poursuit-il, une allusion aux accords fiscaux passés avec l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Autriche, qualifiés de «capitulation» par l'UDC. (ats/nxp)

(Créé: 31.07.2012, 20h04)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.