ACCUEIL 1.8.2014 Mis à jour à 01h15

Ueli Maurer compare l'Union européenne à Napoléon

1er août

Le conseiller fédéral compare dans son discours du 1er août la situation actuelle, «où la pression exercée par l'étranger sur l'indépendance ne faiblit pas», à la campagne de Russie.

Mis à jour le 31.07.2012 11 Commentaires
Le conseiller fédéral Ueli Maurer.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Dans le viseur du Zurichois, qui s'exprimait à Hinwil et St. Margrethen (SG): l'adoption directe par la Suisse du droit européen. Le conseiller fédéral perçoit cette exigence comme une «limitation de la souveraineté», au même titre qu'au temps de Napoléon.

A l'époque, «à cause d'une politique sans courage, encline à accepter toutes les exigences étrangères et menant finalement à la perte de souveraineté, la Suisse dut sacrifier des milliers de vies humaines», a indiqué le ministre de la défense. Et ce afin de «satisfaire la politique hégémonique démesurée d'une Europe soumise à une direction centralisée», c'est-à-dire l'empire de Napoléon.

Et le conseiller fédéral de conclure, en rapprochant Bruxelles de l'empire napoléonien: «une fois de plus dans son histoire, la Suisse se retrouve confrontée au dilemme fondamental suivant: a-t-elle la volonté de conserver son indépendance ou continue-t-elle à faire des concessions?».

Ueli Maurer ajoute que la situation n'est pas similaire - aucun soldat suisse n'est envoyé en Russie faire la guerre et l'Europe n'est pas dirigée depuis Paris, concède-t-il. L'Histoire «reproduit toujours les mêmes schémas», poursuit-il néanmoins en pointant du doigt la pression que subit la Suisse de la part d'organisations internationales.

Comme «un chien méchant»

Le démocrate du centre espère une attitude décidée vis-à-vis de l'Union européenne, car la situation internationale et le comportement de certains cercles en Suisse lui causent du souci. «Qui capitule de façon dévote devant des exigences, et espère que que la partie adverse s'en contente et s'apaise commet une erreur fatale», a-t-il ajouté mardi soir, en concluant: «c'est comme un chien méchant qui ne recule que si on s'oppose à lui».

En politique internationale, les concessions rapides ne font qu'attirer de nouvelles exigences, poursuit-il, une allusion aux accords fiscaux passés avec l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Autriche, qualifiés de «capitulation» par l'UDC. (ats/Newsnet)

Créé: 31.07.2012, 20h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

11 Commentaires

Paul Martin

31.07.2012, 20:27 Heures
Signaler un abus 29 Recommandation 0

Pour une fois l'article ne relève ni le "nationalisme", ni le "populisme". Le bon sens finirait-il par l'emporter ?! Répondre


philippe albisser

01.08.2012, 10:00 Heures
Signaler un abus 22 Recommandation 0

Il y a encore un Suisse au conseil Fédéral c'est une bonne nouvelle.... Répondre



Sondage

Après Carlos Slim, c'est au tour du milliardaire Richard Branson de se montrer favorable à la semaine de trois jours. Et vous, êtes-vous pour?





Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne