Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 21:23

Asile Une aide financière au retour pour les requérants tunisiens

La Confédération veut motiver les requérants d’asile tunisiens à retourner rapidement dans leur pays grâce à une incitation financière. Démarré ce mois, ce programme a pour but de remédier au manque de places des centres d'hébergement.

Berne veut payer les requérants d'asile tunisiens pour qu'ils rentrent plus vite chez eux.

Berne veut payer les requérants d'asile tunisiens pour qu'ils rentrent plus vite chez eux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Confédération veut motiver les requérants d’asile tunisiens à retourner rapidement dans leur pays grâce à une incitation financière. Ce programme a démarré à la mi-juillet. Le but est notamment de remédier au manque de places dans les centres d’hébergement.

Michael Glauser, porte-parole de l’Office fédéral des migrations (ODM), a confirmé à l’ats un article paru dans la «SonntagsZeitung». En principe, chaque adulte reçoit 1000 francs et chaque enfant 500. L’argent est versé après leur retour en Tunisie.

Argent et conseils

Une somme plus importante peut être versée si les rapatriés ont un projet concret en vue, comme l’ouverture d’un négoce. Les requérants dont le traitement de la demande incombe à la Suisse reçoivent 4000 francs. Ceux dont la demande est traitée par un Etat Dublin peuvent espérer jusqu’à 3000 francs.

En outre, il existe la possibilité de recevoir jusqu’à 15’000 francs pour des projets collectifs. Enfin, les Tunisiens bénéficient de conseils en Suisse et dans leur propre pays. Sont concernées les personnes dont la demande d’asile est en cours de traitement ou qui n’a pas encore été ouverte. Cette aide au retour n’est pas destinée aux requérants déboutés ou qui ont commis un délit en Suisse.

Les offices concernés entendent observer comment cette offre évolue. Si des abus sont constatés, le programme peut être stoppé rapidement, souligne Michael Glauser. Cette aide au retour a été développée dans le cadre du partenariat sur la migration visé par la Suisse et la Tunisie.

Retours directs à l’examen

L’ODM examine actuellement si les cas Dublin en provenance de Tunisie peuvent être renvoyés directement dans leur pays d’origine au lieu de l’être dans l’Etat responsable de leur demande d’asile. Selon la «SonntagsZeitung», l’Association des services cantonaux de migration (ASM) considère l’idée comme faisable.

La Suisse ne peut décider seule de ce projet qui a surgi pendant la pause estivale, souligne Michael Glauser. Les autres pays signataires des accords Dublin, la Tunisie et les cantons devraient donner leur accord.

Le nombre de requérants tunisiens reste élevé en Suisse: d’avril à juin 2012, 611 demandes ont été déposées. L’an dernier, on en enregistrait 2547. Beaucoup de requérants sont à la recherche d’un emploi et presque personne n’est reconnu comme réfugié, a précisé le porte-parole de l’ODM. Il est aussi dans l’intérêt de la Tunisie que les émigrés y retournent.

Manque de place

Le manque de place dans les centres d’accueil devient de plus en plus aigu. En ville de Berne, des requérants logés dans un abri de la protection civile ont protesté la semaine dernière contre les «conditions catastrophiques» de leur hébergement. Les locaux sont beaucoup trop exigus pour 160 personnes.

Dans le canton de Vaud, le taux d’occupation dans les centres est actuellement de 120%. Selon l’ODM, la situation est tendue dans les cantons d’Argovie, des Grisons et de Zurich. Les cinq centres fédéraux sont pleins et le Département fédéral de la défense peine à mettre à disposition les places qui lui ont été demandées dans les cantonnements militaires. (ats/nxp)

(Créé: 22.07.2012, 14h32)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.