ACCUEIL 23.9.2014 Mis à jour à 10h19

Une loi sur la vente de «Mein Kampf»?

Polémique

Le débat suscité par la mise en vente libre du brûlot hitlérien n’en finit plus.

Par Raphaël Pomey. Mis à jour le 30.04.2012
Payot nie faire un choix commercial en proposant en libre accès le livre de Hitler, dont les ventes sont rares.

Payot nie faire un choix commercial en proposant en libre accès le livre de Hitler, dont les ventes sont rares.
Image: Le Matin

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Après le tollé né du constat fait par «Le Matin» d’une présence toujours plus fréquente de l’ouvrage sur les rayons des librairies romandes, des élus passent à l’attaque. Député socialiste à Genève, Roger Deneys annonce qu’il portera le débat sur les conditions de vente du livre devant le Grand Conseil, si possible lors de la session du 11 mai. Concrètement, le socialiste souhaite qu’une brochure sur Auschwitz, éditée par l’organisation de lutte contre l’antisémitisme Cicad, ainsi qu’une signalétique de mise en garde accompagnent tout exemplaire en vente. Deux mesures qui sont des propositions de la Cicad. Le député PLR Pierre Weiss devrait s’associer à cette demande.

Mise en garde de huit pages

Chez les libraires, le rebondissement de l’affaire au niveau politique n’enthousiasme pas. Pascal Vandenberghe, directeur général de Payot, ne se dit «pas opposé» à ce qu’il y ait un débat, «mais imaginez si chaque canton se dote de sa propre législation, ce sera infernal». Et de plaider pour une réglementation fédérale. Il dit ne pas avoir à appliquer des demandes de la Cicad. «Je ne prends pas mes ordres auprès d’une association.» Les ventes de «Mein Kampf», rares, sont stables depuis des années et une mise en garde de huit pages figure déjà dans les ouvrages en vente, rappelle le patron de Payot. Pour sa part, Yann Courtiau, libraire au Rameau d’or, à Genève, se dit surpris que l’affaire aille si loin. Il aimerait surtout qu’on laisse retomber «ce p… de livre» dans l’oubli, en n’en parlant tout simplement plus.

Une idée peu envisageable pour la Cicad: «Mein Kampf» tombera dans le domaine public en 2016», note Johanne Gurfinkiel, secrétaire général. «On pourra alors trouver des exemplaires sans la mise en garde de l’édition actuelle, soumise au droit français. Nous devons être prévoyants. Les lecteurs ne sont pas toujours adultes.» (Le Matin)

Créé: 01.05.2012, 09h22

Sondage

Des élus veulent pousser le patois en Suisse romande? Cela en vaut-il la peine?




Sondage

Les médecins doivent-ils s’engager d’avantage dans le débat sur la caisse publique?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!