ACCUEIL 24.7.2014 Mis à jour à 13h28

Laurent Ségalat: «Je n’étais pas dans mon état normal»

Procès

Le procès de l’affaire de Vaux-sur-Morges (VD) s’est ouvert mercredi avec l’audition de l’accusé. Le généticien Laurent Ségalat, soupçonné d'avoir tué sa belle-mère, a continué de clamer son innocence.

Mis à jour le 23.05.2012 43 Commentaires
Jacques Barillon, au centre, est l'avocat de la famille de Catherine Ségalat. A son arrivée à la salle d'audience cantonale du Ministère publique, à Renens, près de Lausanne, il était entouré de la sœur et la belle sœur de la victime.

Jacques Barillon, au centre, est l'avocat de la famille de Catherine Ségalat. A son arrivée à la salle d'audience cantonale du Ministère publique, à Renens, près de Lausanne, il était entouré de la sœur et la belle sœur de la victime.
Image: Keystone

Liens

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Accusé d’avoir tué sa belle-mère Catherine, Laurent Ségalat a clamé son innocence mercredi à l’ouverture de son procès. Le généticien français a éprouvé toutefois beaucoup de peine à se souvenir de ce qui s’est passé le 9 janvier 2010 à Vaux-sur- Morges (VD). Il a souvent répété qu’»un brouillard» régnait dans sa tête sur cette période.

Attendu et très médiatisé, le procès n’a pour l’heure pas apporté de surprise par rapport à ce qui était connu. Laurent Ségalat, 48 ans aujourd’hui, s’est dit «innocent des faits» qui lui sont reprochés. «Je suis non violent, gentil», a-t-il affirmé devant le Tribunal criminel de la Côte présidé par Jean-Pierre Lador.

A de nombreuses reprises, l’accusé a souligné qu’il avait beaucoup de difficultés à se souvenir de ce qui s’est déroulé le jour du drame, surtout que vient se mélanger à sa mémoire ce qu’il a lu ensuite dans son dossier. Arrivé en fin de d’après-midi à Vaux- sur Morges, il dit avoir découvert sa belle-mère gisant au pied des escaliers dans une flaque de sang.

Instructions fatales

Sur la base des instructions apprises lors d’un cours de secourisme il y a une dizaine d’années, Laurent Ségalat affirme avoir tout essayé pour sauver sa belle-mère. S’il n’a téléphoné aux secours que lorsqu’il était trop tard, cela s’explique par la procédure suivie en quatre points: évaluer la situation, éviter le suraccident, stabiliser et prévenir, a déclaré l’accusé.

En expliquant au tribunal cette marche à suivre, Laurent Ségalat a voulu montrer à quel point il avait logiquement tout tenté pour sauver sa belle-mère, municipale de Vaux-sur-Morges, âgée de 66 ans. Dans le film de la reconstitution tourné quatre jours après la tragédie, l’accusé éclate en sanglots plusieurs fois, abattu de n’être pas parvenu à ses fins.

Le sang en horreur

Interrogé sur son comportement après le constat par lui-même du décès de Catherine Ségalat, Laurent s’est justifié avant tout par son «aversion» du sang. «Tout ce sang, je ne voulais plus le voir», a-t-il raconté pour expliquer le nettoyage de 28 m2 ensanglantés avec une serpillère et un seau.

Ce comportement surprenant vaut sans doute à Laurent Ségalat d’avoir passé plus de deux ans en prison préventive et de se retrouver sur le banc des accusés pour meurtre. Après avoir déplacé le corps de sa belle-mère, tenté un massage cardiaque et du bouche- bouche pendant près d’une heure, il s’est aussi changé à deux reprises, enfouissant une chemise et un t-shirt dans le lave-linge et mettant une deuxième chemise dans un sac à côté de la machine.

Panique complète

«Je n’étais pas dans mon état normal», a répété Laurent Ségalat pour tenter de faire admettre ses agissements. Interrogé également sur les griffures au cou et au visage, l’accusé a affirmé qu’elles devaient s’être produites lors de ses efforts auprès de sa belle- mère. Il a reconnu qu’elles étaient peut-être aussi dues à sa femme qui a de «longs ongles», refusant d’en dire plus publiquement.

En fin d’après-midi, la famille de la victime, qui s’est constituée partie civile, a pris la parole. Une soeur de Catherine a dit la douleur de l’avoir perdue. «Nous voulons savoir ce qui s’est réellement passé, sans esprit de vengeance. Et qu’il avoue», a-t- elle dit. Elle a laissé entendre que le mari de la victime, feu le libraire Roger-Jean Ségalat, avait «des doutes» sur Laurent, «son fils préféré».

Des doutes du père

Selon cette femme, Roger-Jean Ségalat se serait demandé à haute voix si Laurent n’était pas impliqué dans cette mort et n’aurait pas voulu «toucher plus vite son héritage». Le procès reprend jeudi et doit durer jusqu’au 1er juin. (ats/Newsnet)

Créé: 23.05.2012, 15h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

43 Commentaires

Oie Blanche

23.05.2012, 12:26 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

Vraiment dingue cette affaire. M. Ségalat est enfermé depuis plus de 2 ans et n'a cessé de clâmer son innocence... sans parvenir à la prouver. Y'a rarement des spectateurs et une vidéo sur les lieux des drames, les victimes d'agression le "savent" aussi. Ca fait étrangement penser à la triste affaire Légeret, pas vous ? Répondre


Alain Provist

23.05.2012, 13:37 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

Comment peut-il affirmer qu'il n'a pas tué sa belle-mère puisqu'il ne se souvient de rien ? Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce