Vendredi 26 août 2016 | Dernière mise à jour 14:07

Ras la pâquerette Une veuve fait plier le fisc avec son robot à tondre le gazon

Une propriétaire de la Côte d'Or zurichoise s'est vue refuser la déduction des 5080 francs payés pour son robot à tondre le gazon. Elle ne l'a pas entendu de cette oreille: le Tribunal fédéral vient de lui donner raison.

La propriétaire zurichoise a acquis une machine de ce type pour tondre automatiquement ses 500 m2 de gazon. Mais le fisc a refusé qu'elle en déduise le coût d'achat, de 5080 francs.

La propriétaire zurichoise a acquis une machine de ce type pour tondre automatiquement ses 500 m2 de gazon. Mais le fisc a refusé qu'elle en déduise le coût d'achat, de 5080 francs. Image: DR

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La détermination a du bon. Une Zurichoise de 68 ans, propriétaire d'une villa individuelle sur la «Goldküste», ne s'est pas laissée impressionner par la décision de l'autorité fiscale zurichoise. Celle-ci refusait qu'elle déduise de son revenu de 52'000 francs, les 5080 francs fraîchement payés pour un tout nouveau robot automatique à tondre le gazon.

Une telle déduction est certes possible dans le Canton de Zurich. Mais l'Office cantonal des contributions a estimé qu'une déduction de 600 francs était amplement suffisante. Soit un montant correspondant, selon ses experts, au coût d'achat usuel d'une tondeuse à gazon.

«Atteinte à la dignité»

Mécontente de se voir traiter de la sorte, la dame, veuve de son état, a fait recours de la décision. Le tribunal administratif a alors transigé en fixant la déduction à 1000 francs. La «vieille dame» ne s'est pas satisfaite non plus de ce jugement de Salomon.

L'instance cantonale avait fait fi de son argument principal, à savoir que «faire le gazon avec une machine conventionnelle est une forme de torture» et, partant, une «atteinte à la dignité humaine». Raison pour laquelle, à son âge, elle a fait l'investissement d'un de ces nouveaux robots qui permettent aujourd'hui d'exécuter cette tâche automatiquement, de surcroît dans un silence presque absolu.

La dame ne comprenait pas davantage pourquoi son voisin pouvait, lui, déduire sans autre ses frais de jardiniers de sa déclaration. De même, comment se faisait-il qu'elle ne puisse déduire une machine à 5080 francs, alors que les paysans peuvent porter leurs tracteurs dernier cri en diminution de leurs revenus?

Ce à quoi le Tribunal administratif a répondu que les paysans pouvaient procéder ainsi en qualité d'indépendants. Les juges cantonaux ont refusé de même de comparer, comme la dame le leur suggérait, le coût du robot avec les frais de jardiniers déduits, en moyenne, par les propriétaires de la «Côte d'Or». Pour les juges cantonaux, le cas est clair: un robot à tondre le gazon est un objet de luxe acquis par pure commodité.

La dame n'a pas désarmé et a porté de cas devant le Tribunal fédéral. Celui-ci vient de lui donner raison. Vu l'âge de la plaignante, on ne peut, selon la Haute cour, qualifier un automate à faire le gazon d'achat de commodité. Dont acte! (nxp)

(Créé: 30.08.2012, 13h10)

Sondage

Vous sentez-vous indisposé par le port du burkini?




Sondage

Prendre l'apéro en uniforme, est-ce choquant?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.