Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 20:04

Fiscalité Vote sur une réforme cruciale et controversée

Les Vaudois doivent se prononcer sur l'imposition des entreprises.

Illustration.

Illustration. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment seront imposées les entreprises durant les prochaines années? Les Vaudois se prononcent dimanche sur cet enjeu crucial.

Un compromis leur est proposé avec une baisse du taux accompagnée de contreparties sociales. L'extrême gauche et un syndicat s'y opposent.

La Suisse n'avait plus le choix. L'Union européenne (UE) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) n'acceptaient plus les statuts spéciaux octroyés à de grandes sociétés étrangères. Un traitement identique était exigé pour toutes les entreprises.

Compromis-modèle

Face à pressions, la Suisse s'est alignée et les Chambres fédérales discutent actuellement des contours de la réforme. Le canton de Vaud a choisi de devancer la fin des discussions et de proposer sa propre solution pour faire passer le changement.

Fruit d'un compromis droite-gauche, la réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) passe par la fixation dès 2019 d'un taux unique à 13,79% sur les bénéfices contre 21,65% aujourd'hui, multinationales comme PME, suisses ou pas. De nouveaux instruments de déductions fiscales sont élaborés en parallèle à Berne, sur la recherche et le développement ou sur les licences, par exemple.

Guerre des chiffres

Pour faire accepter les sacrifices, le gouvernement vaudois et ses deux poids lourds, Pierre-Yves Maillard (PS) et Pascal Broulis (PLR), ont concocté un éventail de mesures sociales. Destinées en majorité à la classe moyenne, elles vont notamment de la hausse des allocations familiales à un seuil de 10% maximum de son revenu à payer pour les primes maladies.

Une guerre des chiffres oppose partisans et adversaires. Pour le Conseil d'Etat, la perte fiscale s'élèvera à 280 millions de francs et sera gérable. Pour les référendaires, le montant atteindra 520 millions de francs et videra les caisses publiques. Le vote est suivi de près par les autres cantons. Une nouvelle concurrence est en train de se profiler. (ats/nxp)

(Créé: 20.03.2016, 06h11)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.