Jeudi 29 juin 2017 | Dernière mise à jour 07:15

Projet Vous prendrez bien un petit café pipe?

A Genève, un établissement d’un genre nouveau, mêlant café et fellation, devrait voir le jour d’ici à la fin de l’année.

Le café pipe n’étant qu’en projet, Angel, du salon Venusia, a accepté de poser avec Bradley Charvet.

Le café pipe n’étant qu’en projet, Angel, du salon Venusia, a accepté de poser avec Bradley Charvet. Image: Sebastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le concept du «café pipe» est en boîte, il ne manque plus «que» les autorisations et l’arcade. De préférence en plein centre-ville, du côté de Rive ou de la Rôtisserie. Et pourquoi pas rue du Rhône, l’une des plus chères de la Cité de Calvin? Bradley Charvet – ce n’est pas son vrai nom, mais il ne veut pas mélanger le business et la famille – et ses trois associés, à la tête de Facegirl, une petite entreprise de services érotiques basée à Genève, planchent sur le projet depuis des mois. Le concept? Il existe depuis vingt ans en Thaïlande et consiste, comme son nom l’indique, à se faire faire une fellation tout en prenant son… café. Le client choisit la fille sur un Ipad et s’assied au bar. «En cinq à dix minutes, tout est plié», sourit Bradley Charvet, soulignant que cette idée est tout à fait «novatrice» en Suisse romande.

Les tarifs? 60 francs le café, peut-être 5 francs supplémentaires pour un latte machiato. En tout cas pas de champagne, ni d’alcool fort. Quelques pâtisseries, des sandwiches et autres petits délices. Les horaires? De 6 h du matin à 20 heures.

Demande matinale

«Le café est un moment privilégié et rapide. Des études ont démontré que les hommes étaient plus performants au travail après avoir été satisfaits durant la matinée», assure Bradley Charvet. Qui présente son café comme étant le plus cher de Genève, ainsi que l’a relevé l’Agefi la semaine dernière. Cinquante francs pour une fellation? C’est dans les tarifs pratiqués ici.

Côté autorisations, le dossier est entre les mains de la police genevoise, qui l’a transmis au Département de la sécurité et de l’économie (DSE).

Et pour les femmes?

A priori, absolument rien n’empêche l’ouverture d’un tel café. «La personne responsable doit annoncer son établissement comme salon de massages auprès de la Brigade de lutte contre la traite des êtres humains et la prostitution illicite, en application de la loi sur la prostitution, le débit de boissons, l’hébergement et le divertissement», explique Caroline Widmer, secrétaire générale adjointe chargée de la communication auprès du DSE. Une inscription du patron et des filles en tant que prostituées auprès de la police, une autorisation de la part du Service du commerce et le tour est joué. Reste à savoir si la clientèle genevoise est prête à aller prendre café en prenant son plaisir sous le bar. «Il y a quinze ans, je vous aurais peut-être dit non. Mais les choses ont changé avec le web, qui a développé beaucoup de choses par rapport au sexe», assure Bradley Charvet. L’homme espère ouvrir son café d’ici à la fin de l’année.

A l’heure actuelle, aucune prestation n’est proposée pour la clientèle féminine. Mais Bradley Charvet est un homme élégant: il assure qu’il va y réfléchir. (Le Matin)

Créé: 15.06.2016, 13h16


Sondage

L'emprise de Facebook sur notre quotidien vous préoccupe-t-il?




Publicité

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.