Mercredi 24 août 2016 | Dernière mise à jour 12:24

Évasion fiscale Des banquiers suisses n’osent plus sortir du pays

L’arrestation en Italie de Raoul Weil a créé un électrochoc.

Le financier suisse (53 ans) a été arrêté samedi dernier à son hôtel de Bologne, «I Portici», un charmant quatre étoiles.

Le financier suisse (53 ans) a été arrêté samedi dernier à son hôtel de Bologne, «I Portici», un charmant quatre étoiles. Image: Anton J. Geisser/RDB

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’arrestation de Raoul Weil est un électrochoc. L’ex-banquier d’UBS a, en effet, été appréhendé par la police italienne la semaine passée. Un mandat d’arrêt international avait été lancé contre lui. Il est recherché par les États-Unis pour aide à l’évasion fiscale et il risque, s’il est extradé, cinq ans de prison.

1000 banquiers concernés

De quoi inquiéter passablement de banquiers. Beaucoup ne sortent d’ailleurs plus de Suisse, comme le confirme le directeur de la Chambre de commerce Suisse - États-Unis: «Environ 1000 banquiers suisses n’osent plus se rendre aux États-Unis, voire tout simplement à l’étranger.» Une banque privée genevoise aide même certains employés à vendre leur maison en France voisine pour revenir habiter en Suisse.

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel. (Le Matin)

(Créé: 26.10.2013, 23h02)

Sondage

Les robots facteurs de La Poste sont-ils une bonne solution?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.