Jeudi 20 juillet 2017 | Dernière mise à jour 20:08

Vaud Baston géante à Montreux: 15 interpellations

Une centaine de policiers sont intervenus à Montreux (VD) dans la nuit de samedi à dimanche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Ce n’est que lorsque j’ai vu un jeune lancer une barrière sur la police que j’ai compris ce qui se passait.» Il était presque 2 h du matin hier. Fabienne s’apprêtait à rentrer à pied en direction de Clarens avec son compagnon lorsqu’elle a été stoppée à hauteur de l’hôtel Royal Plaza de Montreux par un policier en civil.

«Il nous a dit de ne pas aller plus loin, explique la quinquagénaire. En une demi-seconde, tout a basculé. Il y a eu un élan de panique et tout le monde s’est mis à courir en direction de Villeneuve. C’était impressionnant. Si cela s’était passé au milieu du festival, des personnes auraient été piétinées.»

Prise dans le mouvement de foule, Fabienne s’est retrouvée bloquée avec son ami dans une ruelle sans issue. «Nous avons dû attendre une vingtaine de minutes avant de pouvoir ressortir. Cela fait vingt ans que je viens au Montreux Jazz, je n’ai jamais vu ça.»

Vers 23 h, une première bagarre a éclaté dans le parc Jean-Villard-Gilles, impliquant une trentaine de personnes. Ces dernières étaient étrangères au festival. Les policiers, pris à partie, ont alors répliqué avec du spray au poivre.

Ce n’est que vers 1 h du matin que la situation a dégénéré. Les forces de l’ordre ont alors essuyé des jets de bouteilles et de divers objets. Des renforts de tout le canton ont été appelés sur place. Au total, une centaine de policiers et de gendarmes ont été déployés aux abords de l’Auditorium Stravinski afin de ramener le calme. Ils ont fait face à une cinquantaine de jeunes au plus fort des tensions.

Du mobilier urbain et différents véhicules stationnés ont été abîmés durant les échauffourées et quatre policiers ont été légèrement blessés. Quinze personnes (dont quatre mineurs) ont été interpellées durant la nuit. Une enquête a été ouverte par le Tribunal de l’Est vaudois, notamment pour rixes et émeutes. Les fauteurs de troubles, tous âgés de moins de 30 ans, ont été auditionnés hier.

Il en fallait pourtant plus pour gâcher la fête du Montreux Jazz, qui s’est clôturé samedi soir. «Causés par une minorité de personnes, ces événements se sont déroulés en marge du festival, rappelle Marc Zendrini, attaché de presse. Bien sûr, c’est toujours préoccupant, mais la grande majorité des festivaliers n’a pas été importunée.»

Ces débordements remettent-ils en question le périmètre du festival gratuit? «Cela fait cinquante et un ans qu’on nous pose cette question, poursuit Marc Zendrini. Je ne vois pas pourquoi ce serait le cas. Cette partie gratuite du festival fait partie de l’identité du Montreux Jazz.» (Le Matin)

Créé: 17.07.2017, 06h39


Sondage

L'arrivée de spots publicitaires dans les journaux télévisés de la RTS vous choquerait-elle?



Publicité


Sondage

Etes-vous prêt à faire des cadeaux à une régie pour obtenir un appartement?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters