Jeudi 8 décembre 2016 | Dernière mise à jour 15:00

Sociologie Un bénéficiaire sur deux a honte d'être à l'aide sociale

Une étude d'une Haute école spécialisée bernoise montre qu'un grand nombre d'assistés éprouvent de la gêne. Les personnes concernées souhaitent non seulement de l'argent, mais aussi des conseils pour s'en sortir.

Trois quarts des personnes interrogées disent avoir eu de la peine à s'adresser aux services sociaux.

Trois quarts des personnes interrogées disent avoir eu de la peine à s'adresser aux services sociaux. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un bénéficiaire de l'aide sociale sur deux ressent une honte forte à très forte. C'est le constat d'une étude de la Haute école spécialisée bernoise de travail social (HESB). Les personnes concernées souhaitent en outre non seulement de l'argent, mais aussi des conseils pour surmonter leurs problèmes.

L'équipe de Rosmarie Ruder a interrogé par téléphone 356 personnes ayant déposé une requête d'aide sociale dans les cantons de Berne, Zurich, Lucerne et Grisons. Cette étude, la première du genre en Suisse, a été publiée lundi sous forme de livre.

Il en ressort que trois quarts des personnes interrogées disent avoir eu de la peine à s'adresser aux services sociaux. Entre la prise de conscience de leur situation de détresse financière et la prise de contact, il se passe en moyenne 100 jours, mais parfois jusqu'à un an.

«C'est préoccupant car différentes études montrent que les problèmes de santé sont largement répandus chez les bénéficiaires de l'aide sociale», écrit la HESB. Or, plus ils attendent, plus les problèmes de différents types ainsi que les dettes s'accumulent.

La principale raison de cette longue hésitation est la honte: 22% disent avoir éprouvé une très forte honte, 29% une forte honte. Ce sentiment était plus marqué dans les régions rurales qu'en ville.

Conséquence: la proportion de ménages qui répondraient aux critères pour bénéficier de l'aide sociale mais qui ne la demandent pas est estimée entre 40% et 80%, a indiqué Rosmarie Ruder.

Une solution globale

L'étude a également montré que les intéressés espèrent non seulement de l'argent, mais aussi des conseils. «Ils veulent une solution globale des problèmes ayant conduit à leur précarité financière», explique Rosmarie Ruder. Or, c'est souvent cette aide qui, par manque de temps et de personnel, ne peut leur être suffisamment fournie.

Enfin, les auteurs soulignent que la procédure d'admission ainsi que la législation varient fortement selon les cantons. «La structure fédérale conduit à une pratique administrative inégale au niveau des cantons et des communes et par là à un traitement inégal des citoyens», écrivent-ils.

De surcroît, la loi ne prescrit pas partout la présence de travailleurs sociaux professionnels, note encore Rosmarie Ruder.

(ats/nxp)

(Créé: 01.10.2012, 16h11)

Sondage

Donnez-vous volontiers à des organismes caritatifs?






Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.