ACCUEIL 19.4.2014 Mis à jour à 16h20

Bilan un an après la chute du nucléaire

Fukushima

Le 8 juin 2011, le Conseil national votait la sortie de l’atome. Aujourd’hui, le Parlement cherche une réelle dynamique pour lancer les énergies renouvelables.

Par Eric Felley. Mis à jour le 07.06.2012 48 Commentaires
La centrale de Mühleberg sera sans doute la première à fermer, ce qui représentera 15% d’énergie à trouver.

La centrale de Mühleberg sera sans doute la première à fermer, ce qui représentera 15% d’énergie à trouver.
Image: Gérald Bosshard

Partager & Commenter

Mots-clés

«Le monde après Fukushima n’est plus le même.» Le 8 juin 2011, Roberto Schmid (PDC/VS) défendait au Conseil national sa motion historique visant à interdire toute nouvelle centrale nucléaire en Suisse. L’alliance du PS, des Verts et, surtout, d’un PDC unanime avait permis une majorité encore impensable avant la catastrophe japonaise du 11 mars. Par 101?voix contre 54?oppositions (UDC) et 36?abstentions (PLR), la chambre tournait la page de l’énergie atomique à l’horizon 2034.

Président de la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil des Etats (CEATE-CE), Didier Berberat (PS/NE) observe: «Une année après, dans l’ensemble, les acteurs pronucléaires se sont fait une raison. Les nostalgiques sont de moins en moins nombreux et un peu résignés. Mais je reçois quand même un certain nombre d’études qui montrent que la sortie du nucléaire est totalement irréalisable…»

Ces derniers mois, effectivement, le Forum nucléaire suisse, EconomieSuisse ou Swissnuclear ont encore donné de la voix. Mais pour le Vaudois Guy Parmelin, vice-président du groupe UDC: «Sur le plan politique il n’y a pas de majorité pour un retour du nucléaire, c’est clair. On arrivera à se passer du nucléaire finalement, mais pas aussi vite que prévu. On savait que toutes les promesses radieuses des énergies renouvelables cachaient bien des illusions.»

Manque de mesures concrètes

Si l’abandon de l’atome est politiquement acquis pour l’instant, le développement des énergies renouvelables n’a guère dépassé le stade des intentions. Pour l’écologiste Christian Van Singer (Verts/VD): «Il n’y a pas eu encore beaucoup de mesures concrètes. Ce qui est positif, c’est la prise de conscience du potentiel du renouvelable et de l’efficience énergétique.» Pour sa collègue Isabelle Chevalley (PVL/VD), nouvelle présidente de Suisse-Eole, il faudrait avancer à un rythme plus rapide: «Est-ce qu’on accepte encore aujourd’hui que chaque projet d’éolienne demande huit ans de procédures?»

Jacques Bourgeois (PLR/FR), membre de la CEATE du Conseil national, y voit le premier défi à surmonter: «En commission, nous nous attachons à réduire les procédures. Mais la question qui se pose est à quel horizon travaillons-nous? D’ici à 2025, en cas d’abandon plus rapide de la centrale de Mühleberg, il y aura 15% d’énergie à remplacer. Il faut se concentrer sur le remplacement de ces 15% d’ici à dix ans et tirer alors les conséquences de cette expérience pour aller plus loin.»

Sorti du nucléaire, le Parlement est entré dans une autre ère par petites touches, sans réelle boussole. Tous les regards se tournent vers le Conseil fédéral, qui a promis pour la fin de l’été sa stratégie énergétique à l’horizon 2050. Pour Didier Berberat, «ce doit être surtout l’occasion de travailler dans une meilleure concertation». (Le Matin)

Créé: 07.06.2012, 22h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

48 Commentaires

Anna Lise

08.06.2012, 01:18 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Le solaire au sud de l'Europe et pour l'éolien de grands sites (offshore) où le vent souffle TRES FORT la MAJEURE PARTIE de l'année : OPTIMISER!!!!ET le plus important : ECONOMIES d'énergie. Répondre


Marco Franceschini

08.06.2012, 07:26 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

un fois on aviat des vrai politiciens qui passait par les faits et non par les emotions / lobbys du moment. La sortie, s'il y aura, il ne sera pas pour démain, mais il faudra de 2 à 4 générations... vu l'augmentations de l'utilisations des énérgies... Répondre



Sondage

Votre vie spirituelle vous porte à croire en...




Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce