ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 23h08

Le business du Service vaudois des automobiles

Enquête

L’office de la circulation vend depuis des années les données des conducteurs à une entreprise de marketing. Une exception romande, à la limite de la légalité.

Par Benjamin Pillard. Mis à jour le 09.10.2012 49 Commentaires
Le Service des automobiles vaudois facture 20 ct. la fiche de chaque détenteur d’un véhicule. Un tarif qui fait le bonheur des constructeurs auto et des garagistes.

Le Service des automobiles vaudois facture 20 ct. la fiche de chaque détenteur d’un véhicule. Un tarif qui fait le bonheur des constructeurs auto et des garagistes.
Image: Sébastien Féval

LE FORMULAIRE QUI PERMET DE PRÉSERVER SA SPHÈRE PRIVÉE

Pour que ses données personnelles ne soient pas vendues, l’automobiliste vaudois doit impérativement en faire la demande par formulaire spécial. Un procédé d’«acceptation tacite» que condamne la Fédération romande des consommateurs.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Vingt centimes. C’est le prix que facture le service vaudois des automobiles et de la navigation (SAN) pour la fiche d’un détenteur de véhicule immatriculé dans le canton. Des données privées telles que la marque, le type ou encore la cylindrée de la voiture en question sont ainsi vendues régulièrement à une holding privée basée au Mont-sur-Lausanne, le groupe BVA (ancien Bureau Vaudois d’Adresses), spécialisé dans le marketing direct.

Un outil puissant

Combinées aux coordonnées des 713 000 Vaudois (nom, prénom, adresse, année de naissance, état civil, nationalité, origine et profession de toutes les personnes vivant dans le ménage) – que la société BVA achète systématiquement auprès des communes depuis sa création en 1932 –, ces précieuses informations font le bonheur des garagistes et constructeurs automobiles. Un outil puissant qui leur permet d’envoyer de la publicité ciblée aux conducteurs du canton. «Si un constructeur veut faire une action dans le Nord vaudois et atteindre les détenteurs de la marque, il mandate le BVA qui élaborera et enverra un mailing», explique Pascal Chatagny, directeur du SAN. Le Service vaudois vendrait ainsi une moyenne de quatre lots par année au BVA, contenant chacun plusieurs milliers voire dizaine de milliers de fiches, «en fonction des besoins». «C’est un service, explique le chef de service. Nous ne dégageons aucun profit, ce prix couvrant uniquement les frais administratifs.»

Acceptation tacite

Et la sphère privée, dans tout ça? «Si l’utilisation des données diffère de celle qui avait été envisagée au moment de la mise à disposition de ces renseignements, c’est un problème», réagit Eliane Schmid, porte-parole du Préposé fédéral à la protection des données, qui précise que le traitement de ces informations est une compétence cantonale. «Nous examinons cette pratique depuis quelques mois, il y a des clarifications à établir», répond Christian Raetz, le délégué vaudois à la transparence. «Cela soulève des questions.»

«La protection des données est garantie, jure Pascal Chatagny, du SAN. Il n’y a rien d’illégal là-dedans. Si un détenteur d’un véhicule ne veut pas que ses données soient transmises à un tiers, il n’y a qu’à nous le faire savoir via un formulaire (ndlr: voir ci-contre).» Une position que défend également Nicolas Sauvant, nouveau directeur du BVA. «Les données que nous recevons du SAN restent chez nous, nous avons l’interdiction de les fournir à nos clients. Ce sont des informations sensibles.» Concrètement, les annonceurs confient leurs encarts publicitaires au BVA, la société marketing s’occupant elle-même de la mise sous pli et, surtout, de l’étiquetage des précieuses adresses.

«Nos réclames ciblées permettent au consommateur de ne pas être dérangé par des opérations publicitaires qui ne le concernent pas», argumente le directeur. «Il en ressort clairement gagnant.» Ce n’est pas l’avis de la Fédération romande des consommateurs (FRC). «C’est un présupposé plutôt audacieux et totalement inexact, j’en veux pour preuve le nombre de gens qui se plaignent d’être submergés par de la publicité non sollicitée», tonne Mathieu Fleury, secrétaire général de la FRC. Aux yeux du défenseur des consommateurs, la pratique du SAN devrait être interdite, à moins que l’automobiliste donne expressément son accord. Et non l’inverse: «Le refus devrait être tacite et l’acceptation explicite!»

Le Jura s’occupe des envois

Notre enquête révèle que le SAN est le seul office de la circulation de Suisse romande à proposer un tel «service». «C’est une pratique intéressante, mais on ne peut plus le faire dans notre canton, le gouvernement refuse», déplore, quant à lui, Serge Robert, du Bureau d’adresses de Neuchâtel (une société privée de marketing équivalente au BVA).

On trouve cependant une déclinaison du «service» vaudois dans le canton du Jura. A Delémont, c’est l’office des véhicules lui-même qui s’occupe de l’étiquetage de publicités pour des clients professionnels privés. Une prestation facturée plusieurs centaines de francs. «On n’aime pas tellement le faire, ce n’est pas notre métier premier», nous confie sa directrice, Karine Marti.

Mis sur le grill, les Vaudois se disent déjà prêts à renoncer à ce service. (Le Matin)

Créé: 09.10.2012, 08h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

49 Commentaires

yvette laemmler

09.10.2012, 09:02 Heures
Signaler un abus 73 Recommandation 2

C'est beaucoup plus scandaleux que quelques caméras ,car c'est juste pour faire vendre et non pour protéger.J'appelle cela intrusion dans la vie privée.Le contrôle automobile n'est pas là pour cela ,il y a abus. Répondre


Christian Loup

09.10.2012, 09:39 Heures
Signaler un abus 44 Recommandation 1

Si la protection de la sphère privée a un sens, et que le gouvernement vaudois respecte cette règle,celui ou celle qui a autorisé cette pratique doit être viré ; Autrement on pourrait croire que cette notion est une coquille vide de sens...... Répondre



Sondage

L'ourson 4 était menacé par son père: fallait-il que le zoo bernois l'euthanasie?



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Buzz

Supplément partenaire