Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 15:01

Discussion

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

14 Commentaires

La médecine comme la liturgie pris la main dans le sac comme on dit chez nous . Avec pour ne pas trop que s'entende sur la place public des jolies manoeuvres dilatoires de la par du politiquement correcte. Il est vrai qu'entre gens du monde, on ne dit pas tout; secret médical assure. Et dans la foulée pendant qu'on y est on pourrait les rémunérés comme les curés après tout ce sont que des humains trop bien choucroute jusqu a présent et d'une pierre on fait deux coups sur le régime de la santé public. Daniel Pittet Lutry


@Pierre-Alain,hahahaha , Jésus revient, nous serons sauvés.........Y en encore qui croyant aux miracles.....


Pour ma part jamais eu le moindre problème. Peut-être ne suis-je tout simplement pas un canon de la beauté ok, mais bon....je reste convaincue qu'il y a aussi de la provoc dans les comportements. Vous constaterez qu'il y a des gynécos femmes, alors celles qui ont peur, c'est une solution. Parfois c'est aussi plus facile de parler de nos petits bobos à une femme qu'à un vieux gynéco blasé..


Statistique effrayante: entre 10 % à plus de 15 % dans certaines spécialités ! Ajoutez à cela que 36 % des hommes trompent leurs femmes et 28 % des femmes trompent leurs maris. Rajoutez que 15 % des Suisses (se)s souffrent du dos, que 3 % touchent l'AI, que...etc, etc...Y-a-t-il encore un(e) habitant(e) normal(e) dans ce pays ?


Oui ... C'est moi !

Signaler un abus

Comment fait le médecin légiste ? ou le pathologue? Il s'ébat sur une coupe de microscope? Toutes les spécialités sont-elles vraiment touchées? Pour le gynéco là il y a pas de doute!


J'ai passé 60 ans, j'ai vu des dizaines de medecins et je n'ai jamais été en une situation pareille, c'est éxagéré de voir le mal partout. Pour les visites au pédiatre et gynécologues c'est normal d'etre accompagnés par une troisieme personne.


point com ! (pour Marie-Thérèse). Les abus démontrent que, si même si l'on a fait des études de haut niveau, dès qu'il s'agit de sexe, l'homme retourne à l'état animal et le rut incontrôlé en fait partie. Cependant, combien de patientes minaudantes et miaulantes ont-elles envie d'une petite séance câline avec leur toubib pour se refaire une santé ? Elles ne vont bien entendu pas s'en vanter.


Le problème essentiel est l'incapacité de notre Gouvernement à enfin mettre en place un oragane de surveillance totalement indépendant. Le désastre de la LAMal perdurera tant que les citoyens auront l'obligation de financer ce système dont on constate chaque qu'il n'a jamais été sous contrôle. Une vraie honte.


Les pervers sont partout... pas seulement dans l'église catholique. C'est le monde qui va mal. Ne le voyez-vous pas? Jésus revient, alors préparez vous!


Jésus ? le jardinier de Soeur Martie-Thérèse ?

1 Recommandation 0 Signaler un abus

Il y a même des pervers qui servent Dieu !

5 Recommandation 0 Signaler un abus

Jésus qui est Dieu! Qui va nous juger!

Signaler un abus

C'est bien dommage que les patientes n'osent pas prendre le risque de se plaindre suite à ce genre de pratiques. Il est impératif de créer des structures permettant non seulement de déposer une plainte, mais aussi ensuite de suivre ces plaintes et d'aider les patientes à se défendre contre les déclarations des médecins ... qui restent puissants.



Retour à l'article
Publicité