Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 12:55

Tribunal fédéral Une condamnation peut reposer sur la parole de la victime

La parole de la victime peut suffire à justifier une condamnation. Traversant une «zone de rencontre», à l’intérieur d'une localité zurichoise, un conducteur n’avait pas freiné pour laisser passer une piétonne, qui l'avait dénoncé.

Coupable d'avoir refusé la priorité à une piétonne dans une zone où la vitesse est limitée à 20 km/h, un automobiliste zurichois l'a appris à ses dépens.

Coupable d'avoir refusé la priorité à une piétonne dans une zone où la vitesse est limitée à 20 km/h, un automobiliste zurichois l'a appris à ses dépens. Image: PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Coupable d'avoir refusé la priorité à une piétonne dans une zone où la vitesse est limitée à 20 km/h, un automobiliste zurichois l'a appris à ses dépens.

Traversant une «zone de rencontre», à l’intérieur de la localité d’Affoltern am Albis (ZH), ce conducteur n’avait pas freiné pour laisser passer une piétonne. Celle-ci l’avait ensuite dénoncé.

Cette ex-policière avait expliqué qu'elle avait été contrainte d'éviter la voiture du conducteur, qui roulait trop vite. Elle avait affirmé qu'elle avait même dû faire un petit bond de côté.

Condamné par la justice zurichoise pour violation grave des règles de la circulation routière à une amende de 600 francs et à 14 jours-amende avec sursis, le conducteur avait contesté les faits. Il avait soutenu que les juges ne pouvaient, en l'absence de témoins, accorder davantage de crédit à la version de la victime qu'à la sienne.

Dans un arrêt diffusé mardi, le TF confirme le jugement de condamnation. Il indique que les juges zurichois pouvaient en se fondant sur les seules déclarations de la victime retenir la version selon laquelle le conducteur avait roulé trop vite et avait violé le droit de priorité de la piétonne.

En raison de son ancien métier de policière et de la formation qu'elle a reçue, la victime a pu correctement estimer la vitesse du conducteur, selon le verdict des magistrats cantonaux, confirmé en dernière instance par le TF. (ats/nxp)

(Créé: 21.08.2012, 12h14)

Sondage

Consommez vous des abats?





Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.