ACCUEIL 27.6.2016 Mis à jour à 20h14

Didier Burkhalter appelle à ne pas isoler la Russie

Conflit en Ukraine

«Isoler davantage la Russie ne résoudra aucun problème et pourrait certainement en créer d'autres, en Europe et à l'extérieur», a déclaré Didier Burkhalter en marge du sommet de l'OTAN à Newport.

Mis à jour le 05.09.2014 21 Commentaires
Didier Burkhalter, président en exercice de l'OSCE, s'est exprimé  quelques heures seulement de l'annonce attendue d'un cessez-le-feu pour l'est de l'Ukraine.

Didier Burkhalter, président en exercice de l'OSCE, s'est exprimé quelques heures seulement de l'annonce attendue d'un cessez-le-feu pour l'est de l'Ukraine.
Image: ARCHIVES/Keystone

Galerie photo

En images, les événements en Ukraine (mai-septembre 2014)

En images, les événements en Ukraine (mai-septembre 2014)
La crise qui fait vaciller l'Ukraine depuis plusieurs mois a connu un tournant majeur avec la signature d'un cessez-le feu.

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le président de la Confédération et président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est exprimé ce vendredi 5 septembre à quelques heures seulement de l'annonce attendue d'un cessez-le-feu pour l'est de l'Ukraine.

Dans son discours, dont l'ats a reçu une copie, le président de l'OSCE a insisté sur le fait qu'un retour «à la stabilité en Ukraine et en Europe ne peut être effectif qu'avec le concours de la Russie, et non contre la Russie».

Le Neuchâtelois a souligné que les sanctions appliquées de part et d'autre ne peuvent être prises «au détriment des efforts diplomatiques».

Didier Burkhalter a résumé les trois priorités qui animent l'OSCE actuellement, au regard des derniers événements en Ukraine. Primo, l'OSCE doit continuer de participer activement aux efforts en faveur d'un cessez-le-feu sur le terrain par le biais d'un processus politique, en favorisant le dialogue entre les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Petro Porochenko.

Plus de spécialistes

Deuxièmement, l'OSCE veut étendre les activités de sa mission d'observation dans l'est de l'Ukraine et les adapter à l'évolution du conflit, en «recrutant davantage de spécialistes» pour donner davantage de chances à l'établissement d'un cessez-le-feu et pour contrôler les frontières. Actuellement, 233 observateurs de l'OSCE sont déployés sur place.

L'emploi futur de quatre avions drones ainsi que la mise en place de deux stations de contrôle sur le terrain font ainsi partie des priorités de l'OSCE. Didier Burkhalter en appelle à la communauté internationale pour fournir l'assistance et l'expertise nécessaires.

Troisièmement, l'OSCE souhaite apporter son concours à la «réconciliation, à la reconstruction et aux réformes» en Ukraine.

Repenser la sécurité de l'Europe

Le chef du département fédéral des affaires étrangères (DFAE) estime par ailleurs que le fossé croissant entre la Russie et l'Occident doit obliger les dirigeants du continent à repenser la sécurité de l'Europe. Selon lui, l'OSCE est la plate-forme idéale pour le faire. (ats/nxp)

Créé: 05.09.2014, 11h12

21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

21 Commentaires

Cédric Dmontmollin

05.09.2014, 11:31 Heures

Ah quand même ! Aurions-nous un Président qui arrive à voir les conséquences de nos actes, bien joué Monsieur Burkhalter. Il faut plutôt s'unir par les temps qui courent...ce n'est pas la Russie qu'il faut combattre... Répondre


Jean COLIN

05.09.2014, 11:23 Heures

Bravo, Mr.Burkhalter ! C'est cela, la diplomatie ! Répondre



Sondage

Après l'affaire du petit Paul, faut-il introduire un contrôle des jeux vidéo en ligne?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne