Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 19:07

Manifestation «Quand je dis non, c’est pas oui, c’est non»

Deux cents personnes ont défilé à l’appel du comité «Slutwalk Suisse» sur le quai des Forces-Motrices à Genève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lorsqu’on lui demande le message qu’elle souhaite faire passer, une «salope», en tête de cortège, lève son index vers sa pancarte: «Ma dignité est aussi grosse que la tienne». Le ton est donné. Quelque 200 personnes ont répondu à l’appel du comité Slut­walk Suisse à Genève. «Pour une première, c’est pas mal, les Genevois sont durs à bouger», considère Myriam, fonctionnaire vêtue pour l’occasion d’une fine guêpière, «Ultimate feminism» inscrit sur la poitrine.

Dans le cortège, une majorité de femmes, relativement jeunes. Les slogans entonnés s’en ressentent: «Tu veux mon con, mon con-sen-tement!» Sophie, avec sa pancarte «Mon corps n’est pas une invitation», en a assez d’être sans cesse «dans le compromis», de devoir «nier sa féminité pour être une femme». Les bas résille, les porte-jarretelles, les culottes affriolantes et décolletés plongeants sont partout, donnant un côté carnaval au défilé.

Une femme prend soudain la parole, micro en main, et lit un texte d’une troublante sincérité, qui nous ramène au thème: les violences sexuelles, le viol, l’inversion du rapport entre victime et agresseur. Avec émotion, elle s’adresse «à ses frères et sœurs salopes, ici et partout dans le monde» et commence par raconter comment sa prof de français, «une soixante-huitarde, qui prétendait avoir perdu un œil en combattant aux côtés de Fidel Castro», leur avait expliqué en classe que «de toute façon, tant que les filles n’auront pas compris la symbolique du rouge à lèvres (embrassez-moi sans demander), elles ne comprendront pas non plus pourquoi les hommes ont de mauvaises intentions à leur égard».

Une mère nous explique qu’elle est venue parce qu’elle voudrait que sa fille, parfois «habillée court», soit en sécurité. Une militante des années 1970 rappelle que cela fait «à peine dix ans que les femmes ont le droit de ne plus être violées par leur mari», que rien n’est acquis, et que «les hommes aujourd’hui pensent, à tort, que tous les problèmes ont été résolus». Deux féministes d’une soixantaine d’années se souviennent des années 1970. Leur combat pour l’avortement libre, le «Manifeste des 343 salopes» signé par Beauvoir, la loi Veil en 1975. «Le corps nous appartient, c’était déjà notre thème! On est heureuses que la lutte continue, car on observe la résurgence de mouvements fondamentalistes, aux Etats-Unis, en Suisse aussi.»

Tout à coup apparaît Albert Rodrik, socialiste et féministe de longue date. Lui, contrairement aux distributeurs de flyers anti-Constituante, ne s’est pas trompé de manifestation. Sa devise aujourd’hui, exprimée en anglais, il l’empruntera à la côte ouest: «Quoi que nous portions, où que nous allions, oui, c’est oui et non, c’est non». (Le Matin)

(Créé: 07.10.2012, 09h12)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.