ACCUEIL 29.7.2014 Mis à jour à 12h33

Quel drone israélien la Suisse va-t-elle acheter?

Armée

L'armée suisse va acheter six drones, notamment pour surveiller ses frontières. Deux sociétés israéliennes sont en concurrence. Un test important a eu lieu ce matin à l'aéroport d'Emmen, près de Lucerne.

Par Arthur Grosjean. Mis à jour le 16.10.2012 36 Commentaires

1/10 Le Hermes 900 de la société israélienne Elbits
C'est le drone qui a été présenté mardi 16 octobre 2012 à la presse. Il est en compétition avec le Heron 1 de la division Malat des industries aérospatiales d'Israël, testé il y a un mois (voir l'appareil à la fin de notre galerie photo).

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Qui n’a pas son drone de reconnaissance? Cet avion sans pilote, qui peut peser moins de 500 grammes ou plus de 5 tonnes, est en train de coloniser la planète. Les Américains l’utilisent pour éliminer des membres d’Al-Qaida en Afghanistan, les policiers britanniques pour surveiller les foules aux JO et les particuliers pour prendre d’innocentes photos aériennes de leur maison.

L’armée suisse n’est pas en reste. Elle s’apprête à dépenser 300 à 400 millions de francs pour acheter six drones israéliens, logistique et formation comprises. Elle a testé récemment le Heron I de la division Malat de l'industrie aérospatiale israélienne. Aujourd'hui, elle a présenté ce matin à la presse le Hermès 900, le drone concurrent israélien de l'entreprise Elbit Systems. Où? Sur l'aéroport d’Emmen, à deux pas de Lucerne.

Survol de Genève la nuit

Les deux drones en compétition ont été testés pendant une semaine dans différentes régions suisses dont la Suisse romande. Le Heron 1 a ainsi survolé Genève et la région vaudoise de nuit. Les avions sans pilote, téléguidés depuis le sol par onde dirigée ou satellite, envoient des images (zoomées ou non) en temps réel et travaillent inlassablement en mode relief, pictural ou infrarouge.

Clandestins aux frontières

Les drones suisses auront trois missions principales: la reconnaissance aérienne, la surveillance d’un territoire donné et l’aide aux patrouilles des gardes-frontière. Rien, ou presque, n’échappe à l’œil volant en action. Et notamment pas des personnes qui essaient de passer clandestinement la frontière de nuit.

La Suisse possède actuellement 25 petits drones Ranger en bout de course. «Les nouveaux appareils ont une autonomie de vol de vingt-quatre heures au lieu de quatre, nous expliquait récemment Othmar Flückiger, le commandant de la flotte des drones. Ils volent par tous les temps, sont moins bruyants et peuvent accueillir les technologies futures. C’est important car on va les utiliser pendant vingt à trente ans.»

Américains exclus et tops guns à la baisse

Pourquoi seuls deux drones israéliens sont-ils en compétition? Pourquoi les Américains qui, avec Israël, dominent le marché mondial, ne sont-ils pas dans la course? Selon le commandant Flückiger, c’est en raison de la garantie d’exportation, qui n’a pas pu être fournie. En clair, si la société américaine l’avait emporté, il y aurait eu le risque d’un feu rouge des autorités pour cause de secret militaire.

Aux Etats-Unis justement, le nombre de drones militaires a dépassé le nombre d’avions avec pilote. Les top guns à la Tom Cruise sont-ils en voie d’extinction? Et la Suisse, qui se déchire sur les Gripen, pourquoi ne s’équipe-t-elle pas de drones armés pour patrouiller dans le ciel? «Cette question n’est pas à l’ordre du jour, nous répondait il y a un mois assez militairement Roland Ledermann, responsable de projet à armasuisse. C’est une décision qui doit être prise par le commandement de l’armée.»

Dans le ciel suisse en 2017

En phase d’évaluation, les drones seront choisis en 2014 et intégrés dans le programme d’armement en 2015. «Mais c’est le Parlement qui devra obligatoirement donner son feu vert», rappelle François Furer, le chef de la communication d’armasuisse. Le fait que le futur drone soit israélien occasionnera certainement une polémique de la part de certains parlementaires pro-palestiniens. Si le crédit est voté, les nouveaux drones seront opérationnels dans le ciel suisse en 2017.

(Newsnet)

Créé: 16.10.2012, 12h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

36 Commentaires

Pascal Favre

16.10.2012, 14:08 Heures
Signaler un abus 18 Recommandation 5

l'armée suisse a surement raison, personnellement je pense que si l'on veut renforcer nos frontières, il faudra aussi plus de gardes frontières, remplacer l'humain par une machine c'est à la mode, mais rien ne vaudra jamais une présence humaine à nos frontières Répondre


Laurent G.

16.10.2012, 12:25 Heures
Signaler un abus 24 Recommandation 16

Bah comme d'habitude, le plus cher, le moins performant et celui qui nécessitera les plus longs délais de livraison... :-) Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce