ACCUEIL 21.11.2014 Mis à jour à 17h23

EADS: «Nous avons des Eurofighter low-cost»

Avions de combat

Depuis l’annonce du choix de la Suisse de voler sur Gripen, l’avionneur EADS est resté sur sa réserve. Pour autant, le constructeur de l’Eurofighter ne ferme pas la porte. Interview du porte-parole.

Par Xavier Alonso, Berne. Mis à jour le 15.02.2012 13 Commentaires

1/21 Un Eurofighter Typhoon. L'avionneur EADS, constructeur de l'Eurofighter, a proposé à la Suisse 22 avions de combat d'occasion à un prix défiant toute concurrence: soit 1,5 milliard de francs suisse.
Image: AFP

   

Claas Belling, porte-parole du groupe pour la campagne suisse d’EADS (Image: DR)

Articles en relation

Mots-clés

[Alt-Text]

Claas Belling, porte-parole du groupe pour la campagne suisse d’EADS, précise la position du constructeur de l’Eurofighter.

L’avion européen - fruit d’un consortium plurinational (Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Espagne) - est un succès commercial. Plus de 700 avions ont été commandés jusqu’à ce jour par six forces aériennes européennes, dont les très prestigieuses Luftwaffe allemande et Royal Air Force Britannique. Le 300e Eurofighter vient d’être livré à l’Espagne.

EADS a-t-il fait savoir à Armasuisse qu’il se considérait encore dans la course, en attendant que le parlement approuve l’achat des 22 Gripen de Saab?

Depuis la décision d’achat des Gripen par la Suisse fin novembre 2011, nous n’avons pas présenté de nouvelle offre à Armasuisse.

Nous considérons que la dernière offre en date, celle d’octobre 2011, était très attractive. Comme toutes celles que nous avons présentées tout au long du processus d’évaluation qui a duré de 2008 à 2009. Mais si la Suisse décide de reconsidérer sa décision d’achat, nous sommes évidemment ouverts à tout.

Pourquoi EADS n’a-t-il pas fait une nouvelle offre? Comme Dassault…

Nous ne sommes pas permis de le faire, car cela doit répondre à une sollicitation officielle de la part de nos clients.

Le conseiller national UDC Thomas Hurter, président de la sous-commission de sécurité, avançait l’idée de demander une nouvelle offre aux trois avionneurs en compétition?

J’ai lu cette proposition de M. Hurter, président de la sous-commission qui doit faire la lumière sur la procédure d’évaluation des avions. M. Hurter est un élu, spécialiste des questions aéronautiques et militaires, mais il ne va pas décider tout seul.

S’il était suivi par les autres parlementaires et que cette hypothèse était validée, EADS présentera une nouvelle offre pour ses Eurofighter.

De plus, l’évaluation suisse s’est terminée en 2009. Depuis cette date, nous avons livré plus de 170 Eurofighter à différents clients à travers le monde. Notre flotte a même augmenté les heures d'opération/vol plus que double à plus de ces 130 000 heures volantes! Notre avion n’a cessé de progresser depuis lors tant du point de vue performances que des prix.

Votre dernière offre à Armasuisse est donc celle d’octobre 2011. Combien d’avions et quel montant avez-vous proposé?

C’est confidentiel. Et vous comprendrez que je ne tiens pas à commenter ce qui s’est écrit ici et là dans la presse suisse. On a pu lire que nous avions offert 17 Eurofighter pour 2,2 milliards. C’est donc moins cher que l’offre discount de Dassault pour Rafale rendu public fin janvier (ndlr: 18 Rafale pour 2,7 milliards).

Si le prix est à ce point essentiel, nous avons des versions low-cost de l’Eurofighter. Mais je vous le répète, nous attendrons qu’Armasuisse nous sollicite. Nous disons simplement que nous restons ouverts à la discussion.

Le contexte politique actuel qui entoure l’achat de l’avion est chaotique. EADS a-t-elle des critiques à formuler sur la procédure d’évaluation?

Non, nous ne pouvons que respecter la décision de la Suisse. Même si nous ne sommes pas heureux avec ce choix. Nous restons d’ailleurs à disposition d’Armasuisse et du monde politique.

Si nous étions invités par la sous-commission nous répondrions à toutes les questions ouvertes. (Newsnet)

Créé: 15.02.2012, 11h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

13 Commentaires

danagaz rosenblood

15.02.2012, 11:23 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 0

Tout plutôt que Dassault ( ou presque tout ) Répondre


Jean Descartes

15.02.2012, 11:59 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Cette farce helvétique serait peut-être une opportunité pour nos C. féfdéraux de renégocier globalement avec la France des conditions de partenariat plus sereines qu'actuellement. On décide pour le rafale et vous cesser de nous agresser en continu sur des clichés tels que la "Suisse paradis fiscal". Trop subtil peut-être pour un CF de très bas niveau? Répondre



Sondage

Faut t-il restreindre l'usage des souffleuses à feuilles?




Sondage

Selon vous, l'absence de conseillers fédéraux dans les gradins de la Coupe Davis est...




Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce
  • Les reportages vidéo du Matin

    Les reportages vidéo du "Matin"

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne