ACCUEIL 28.5.2016 Mis à jour à 13h20

Lise Bailat


Pas de ça à l'école pour les petits

Education

La droite conservatrice veut interdire les cours obligatoires d’éducation sexuelle avant 12?ans. Une initiative fédérale est lancée.

Mis à jour le 17.04.2012 94 Commentaires
Prévue pour les écoliers bâlois, la boîte d’outils pédagogiques comprenant des pénis et des vagins en peluche a déclenché la polémique.

Prévue pour les écoliers bâlois, la boîte d’outils pédagogiques comprenant des pénis et des vagins en peluche a déclenché la polémique.
Image: Keystone

Le retour à l'âge de pierre

Par Lise Bailat, journaliste
Les explications peuvent être simples dans la vie: un homme, une femme, un peu de magie et, hop, un bébé! C’est l’image d’Epinal que nous livre ce comité interpartis qui veut drastiquement limiter l’éducation sexuelle à l’école. Comme si c’était mieux à l’époque des tabous.
Sur le bûcher, les jouets en bois et en peluche proposés lors des cours d’éducation sexuelle! Les initiants estiment plus adapté pour un enfant de risquer de ne rien savoir jusqu’à sa préadolescence. En laissant la haute main aux parents, ils sapent l’égalité des chances des enfants en matière de santé sexuelle.
C’est le retour du culte du secret. Ce qui ne se dit pas ne gêne pas. Et le retour de la sexualité à sens unique. La transmission de savoirs doit porter sur la reproduction et le développement. Pourquoi parler des maladies sexuellement transmissibles? Pire: pourquoi parler de contraception ou d’avortement dans ce monde de Bisounours où, à part le modèle familial indivisible, il n’existe aucune alternative?
Il est tout de même curieux de constater que certains conservateurs à la base de cette initiative sont les mêmes qui ricanent lorsqu’on leur parle de femmes-objets ou de lutte contre les mariages forcés. Il faut voir dans cette initiative avant tout une tentative de retour sur le devant de la scène de la droite conservatrice dans un domaine, l’éducation, où elle n’a pas réussi grand-chose ces dernières années. Mais éduquer par la morale n’a jamais suffi.

LA QUESTION DU JOUR: L’éducation sexuelle est-elle enseignée trop tôt?

Leur affiche de campagne montre deux enfants faisant des bulles de savon devant un arc-en-ciel. Le comité d’initiative qui milite pour une éducation sexuelle tardive s’est présenté hier, à Berne. Il estime que les bambins doivent être protégés contre la «pornographie à l’école maternelle et primaire». «La sexualité appartient au noyau dur de la liberté personnelle», a plaidé le conseiller national Jakob Büchler (PDC/SG). D’où le dépôt de l’initiative. Qui demande trois choses: l’abolition des cours d’éducation sexuelle avant 9?ans. Des approches facultatives dès cet âge-là et des cours de biologie obligatoire, avec enseignement sur la reproduction et le développement, dès 12?ans. Le tout inscrit dans la Constitution fédérale. «On distingue toutefois la prévention des abus sexuels du reste. Les parents et l’école doivent collaborer dans ce domaine», précise l’ancienne conseillère nationale libérale vaudoise Suzette Sandoz, également membre du comité. Le mouvement embrassé aujourd’hui par plusieurs élus romands (Yannick Buttet, Oskar Freysinger ou encore Dominique Baettig) est parti de Suisse alémanique. De Bâle, plus précisément. Et c’est une boîte d’outils pédagogiques comprenant des pénis en bois et des vagins en peluche qui a déclenché la polémique. «Cette boîte contient du matériel d’enseignement pour le secondaire. Mais elle a été présentée par les médias comme prévue pour l’école enfantine et ça a choqué» explique Gabriela Fuchs, responsable de communication de la Conférence des directeurs de l’instruction publique.

Déjà des dispenses possibles Ce n’est pas la seule incompréhension, selon Caroline Jacot-Descombes, présidente de l’Association romande et tessinoise des éducateurs en santé sexuelle et reproductive. «Aujourd’hui déjà, dans tous les cantons romands, les parents peuvent demander une dispense aux cours d’éducation sexuelle», explique-t-elle. «Qu’est-ce qu’on met derrière le terme d’éducation sexuelle? Comment faire de la prévention sans nommer les choses?» s’interroge-t-elle. Dans le canton de Fribourg, l’association Education Familiale propose des ateliers pour parents sur la sexualité des enfants de 0 à 7?ans. Pour Pascale Coquoz, collaboratrice, «l’éducation sexuelle dès le plus jeune âge sert à acquérir progressivement des compétences qui permettent de comprendre son corps et celui de l’autre. De nombreux parents sont intéressés à accompagner leurs enfants dans cette découverte positive». Mais les initiants estiment que les éducateurs écartent trop souvent certaines valeurs morales, notamment par rapport à l’homosexualité ou à l’avortement. «C’est n’importe quoi!» réagit la conseillère nationale Maria Roth-Bernasconi (PS/GE). «S’il y avait moins de gens frustrés sexuellement, il y aurait moins de conflit», conclut-elle. (Le Matin)

Créé: 17.04.2012, 22h45

94

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

94 Commentaires

Jean Masseur

18.04.2012, 00:21 Heures

Des cours sur l'anatomie du corps sexué oui. Sur la prévention de la pédophilie, l'appropriation de son corps, 2x oui. Le problème c'est quand je vois cette photo avec ces deux sexes coupés de leur corps, c'est étrange! ça ne me plait pas du tous pour mes enfants. Si l'utilisation pédagogique de ces deux "toy" consiste à les faire rentrer l'un dans l'autre, la je dis stop, pas à 4-5 ans. désolé no Répondre


pfoui prurit

17.04.2012, 23:19 Heures

Bof, banal : les névrosés comme Mitlon et tant d'autres projettent leurs angoisses, limites, obsessions inhibées sur les autres.Sur les enfants, c'est dramatique : ils vont reproduire, forcément, les mêmes névroses.Et dire que ce sont ces minus les plus grands donneurs de leçons morales, les plus névrosées, les plus malsains, les plus religieux qui veulent dominer et embrigader...Sombre avenir. Répondre



Sondage

Former les pêcheurs amateurs pour tuer proprement les poissons, est-ce une bonne idée?




Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?

Oui, ils font aussi gagner des millions

 
21.0%

Non, c'est hors de proportion

 
76.1%

Je n'ai pas d'avis sur la question

 
2.9%

2713 votes au total

Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?