Jeudi 25 août 2016 | Dernière mise à jour 14:56

Fribourg Ex-flic condamné pour des fellations forcées

Un ancien policier de 63 ans a été reconnu coupable d'abus de détresse et de corruption passive, mercredi.

(Photo d'illustration).

(Photo d'illustration). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un ex-policier a été condamné à 15 mois de prison avec sursis pendant deux ans, pour avoir obtenu des faveurs sexuelles d'un requérant d'asile contre la promesse de l'aider. Le procureur général et l'avocat du plaignant avaient demandé une peine de deux ans de prison, compatible avec le sursis. La défense, qui plaidait l'acquittement, va faire appel du jugement prononcé mercredi par Tribunal pénal de la Sarine.

L'affaire remonte à 2010, quand l'accusé travaillait encore dans la police. Il avait rencontré le requérant irakien débouté près d'un bâtiment de la police à Granges-Paccot (FR).

Par la suite, il aurait fait une fellation au plaignant à trois dates différentes, dans une voiture et à son domicile. Il lui aurait promis qu'en échange, il interviendrait en sa faveur dans sa procédure administrative.

Crédibilité

Les juges ont été convaincus par la crédibilité du plaignant. Ses déclarations ont été constantes durant la procédure, a relevé le président de la Cour. Il n'était pas aisé pour lui - ni linguistiquement ni culturellement - de parler d'homosexualité et de fellation. C'est ce qui explique l'ambiguïté initiale au sujet de son rôle actif ou passif, selon le Tribunal.

Les juges ont en revanche estimé que le prévenu avait tenu un discours inconstant, voire incohérent parfois. Et la faute est particulièrement grave de la part d'un policier, dont la conduite devrait être exemplaire, a poursuivi le président de la Cour.

Nier et oublier

Ce n'est pas le requérant qui a dénoncé le cas en premier. C'est une tierce personne qui l'a rapporté, alors qu'elle témoignait dans une autre procédure de justice touchant le plaignant. Ce dernier avait d'abord cherché à oublier cette histoire, avait-il expliqué lors de l'audience le 23 février. Cela le gênait terriblement d'en parler.

Quant à l'ex-policier, il avait nié fermement ces infractions. Le requérant lui promettait des informations au sujet d'un trafic de drogues, mais il a voulu se venger après avoir constaté qu'il n'obtiendrait pas un coup de pouce en échange, avait-il affirmé. (ats/nxp)

(Créé: 09.03.2016, 18h33)

Sondage

Devoir passer devant un psy pour les tireurs et les chasseurs, est-ce nécessaire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.