Vendredi 26 mai 2017 | Dernière mise à jour 02:37

Solar Impulse L'exploit qui ne passionne pas

Encensé dans le monde entier pour sa traversée de l’Atlantique en avion solaire, Bertrand Piccard indiffère dans son pays.

Image: AFP

L’aventure «Solar Impulse» vous intéresse-t-elle?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle ne court pas forcément très vite et ses habits ne se déchirent pas à la première touchette. Mais la Suisse possède une star, une vraie. Hier, Bertrand Piccard, car c’est de lui dont il s’agit, s’est posé à Séville (E) au terme de la première traversée de l’Atlantique en avion solaire, au terme d’un vol de trois jours. Un exploit salué par une parade de l’armée de l’air espagnole et par le prince Albert de Monaco, notamment, quelques jours après avoir également reçu les encouragements du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon.

En Suisse, patrie du psychiatre ailé, l’exploit semble en revanche passer quasi inaperçu. Sur le site du «Matin», par exemple, le succès de «Solar Impulse» suscitait hier des réactions situées quelque part entre l’intérêt mou et le mépris poli. Directeur de Présence Suisse, Nicolas Bideau a conscience du désamour dont souffre Bertrand Piccard en ses terres. «Il y a d’un côté une réaction admirative qui reconnaît à Solar Impulse son caractère d’exemple de ce que l’on peut et doit faire dans le domaine du développement durable. Mais il y a une autre partie de l’opinion, dont je ressens clairement le scepticisme. Comment l’expliquer? Je pense que cela tient à l’ADN de la Suisse, qui est un pays qui valorise les entrepreneurs et défend le développement durable, tout en étant très attaché à la philosophie du fédéralisme qui n’aime pas trop les têtes qui dépassent.»

L’anti-Federer

A l’opposé d’un Federer, également animé d’ambitions démesurées, mais modeste dans l’attitude, l’aventurier paie sans doute un caractère entier, selon lui: «Il faut quand même une sacrée tronche pour faire le tour du monde en avion solaire! Dans certains pays, en particulier aux Etats-Unis, on valorise cette mentalité. Là-bas, on l’adore car il n’a pas peur de ses ambitions, pas peur d’être un entrepreneur, d’avoir une vision et de la clamer haut et fort. Mais chez nous, ce sont des choses pas forcément faciles à communiquer.»

Chercheur en politique environnementale à l’Institut de hautes études en administration publique de l’Université de Lausanne, Johann Dupuis juge pour sa part qu’on aurait tort d’ignorer le projet «Solar Impulse»: «Il est réellement important car il montre l’étendue des possibles, en matière de mobilité, avec des technologies comme les panneaux solaires. Si on était capable de reproduire le quart de ce qu’il fait avec son avion sur des objets de la vie de tous les jours, et en particulier les voitures, ce serait certainement très bon pour l’écologie.»

Pourtant, cet expert n’hésite pas à qualifier d’«illusoire» la démarche: «Ce que fait Piccard est joli, c’est une belle démonstration médiatique qui a le potentiel de toucher beaucoup de gens, mais cela ne suffit pas à faire changer quoi que ce soit en matière d’écologie», juge-t-il. Et d’expliquer que les blocages au niveau du changement climatique ne sont pas d’ordre technologique mais se situent surtout au niveau de la volonté politique et économique. «Entre l’exploit médiatique et technique et le changement social, il existe un fossé qui fait que l’on est parfaitement en droit de regarder le projet «Solar Impulse» avec un œil circonspect.» (Le Matin)

Créé: 24.06.2016, 06h38


Sondage

Aimeriez-vous travailler à temps partiel?




Publicité

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.