Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 21:52

WEF 2013 Les Femen se déshabillent à Davos

Trois militantes du mouvement Femen, en faveur du droit des femmes, ont défilé samedi seins nus et fumigènes rouges à la main devant le Forum de Davos.

Galerie Photos

L’élite mondiale se retrouve à Davos

L’élite mondiale se retrouve à Davos Une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernements se retrouvent à Davos, venus de toute la planète pour cette 43ème édition du Forum économique mondial (WEF).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les trois femmes, une Ukrainienne et deux Françaises, se sont soudainement déshabillées devant les forces de sécurité, ôtant leurs manteaux tout en gardant leurs collants et shorts, malgré une température avoisinant les moins dix degrés Celsius. Les militantes arboraient sur leur poitrine l’inscription "SOS Davos", ainsi que des couronnes de petites fleurs rouges et blanches.

Criant «SOS Davos» et «Poor for being women» (pauvres pour être nées femmes), elles ont ensuite fait du bruit avec des sifflets. Les trois jeunes femmes sont ensuite passées au-dessus du grillage de sécurité, avant d’être immédiatement interpellées par les gardes. L’action n’a duré qu’une quinzaine de minutes.

«Femmes exploitées»

«Les militantes de Femen sont venues crier SOS à Davos, SOS au nom de toutes les femmes du monde entier car nous en avons assez de ces hommes qui sont sous protection policière, qui mangent du caviar et boivent du champagne, et qui prétendent se soucier du sort des femmes», a expliqué la militante ukrainienne, Inna Shevchenko.

«Lorsqu’ils parlent des femmes lors des débats économiques, un seul sujet ressort -comment gagner plus d’argent grâce aux femmes- car elles sont toujours considérées comme des esclaves, des travailleurs bon marché que l’on peut exploiter», a poursuivi la militante qui vit désormais à Paris.

D'autres manifestants

Un groupe d'une vingtaine de manifestants a tenté de mettre en marche un cortège en direction du centre des congrès, à un peu plus d'un kilomètre de là. Ils ont rebroussé chemin après quelques mètres lorsqu'ils se sont heurtés à un mur de policiers sortis de nulle part, leur demandant de reculer.

A quelques pas d'eux, une cinquantaine de Sikhs ont appelé à l'arrestation du ministre indien de l'industrie Kamal Nath, présent à Davos, qu'ils accusent de génocide envers les sikhs en 1984.

"Flashmob" à Berne

Les opposants au Forum économique mondial se sont aussi manifestés à Berne. Quelques dizaines de personnes ont participé peu après 14 heures à une mobilisation éclair (flashmob) dans le hall de la gare de Berne, a constaté un journaliste sur place.

Subitement, des slogans appelant à "balayer le WEF" ("Wipe out WEF") ont retenti, des morceaux de papier sont tombés des étages supérieurs et une banderole est apparue, proclamant le rejet du capitalisme ("Still Not Love Capitalism").

L'action a duré deux minutes, puis les activistes ont disparu. Présentes sur place, les forces de l'ordre ont laissé les activistes agir, puis ont enlevé la banderole.

(ats/nxp)

(Créé: 27.01.2013, 08h27)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.