Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 10:09

Sécurité Nous sommes tous filmés au bistrot

Les restaurants et cafés romands n’hésitent plus à s’équiper de caméras de surveillance. Clients filmés, employés observés: les spécialistes de la protection des données s’alarment.

Les entrées et sorties du Restaurant Les Brasseurs de Lausanne sont surveillées.

Les entrées et sorties du Restaurant Les Brasseurs de Lausanne sont surveillées. Image: Yvain Genevay

Témoignage d'un employé

«Un de mes patrons nous observait à distance, depuis son smartphone»

J’ai travaillé dans plusieurs établissements ces dernières années et la plupart possédaient un système de vidéosurveillance. Etre filmé huit heures par jour met très mal à l’aise. J’ai conscience de la présence des caméras et je ne sais pas comment me comporter. Parfois, j’en fais trop pour me faire bien voir.

A mon avis, les caméras sont là davantage pour nous surveiller que pour la sécurité des clients. Un de mes patrons nous observait à distance, depuis son smartphone. Une fois, il m’a téléphoné car il trouvait que j’avais passé trop de temps aux toilettes. Lors d’une autre occasion, il m’a montré les images d’un collègue et s’est moqué de lui.

Je n’ai jamais été informé de la présence de caméras lors de mes engagements. Il est difficile d’aborder le sujet avec son patron: on n’en parle simplement pas.

M., 26 ans, employé dans la restauration depuis 5 ans à Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Assis dans un bistrot, vous savourez un plat du jour. Soudain, votre regard se pose sur un discret petit dôme de verre fixé au plafond. Oui, il s’agit bien d’une caméra. Vous êtes filmé! Rien d’extraordinaire à cela: de plus en plus de restaurants et de cafés installent des systèmes de vidéosurveillance.

«Nous constatons la tendance depuis un ou deux ans», indique Eliane Schmid, porte-parole du Préposé fédéral à la protection des données. Pour observer le phénomène, il suffit de se rendre à la rue du Mont-Blanc, une artère piétonne du centre-ville de Genève. La plupart des établissements de restauration, grandes chaînes aussi bien que petites enseignes, y sont munis de caméras.

Vingt-quatre heures sur vingt-quatre

Les restaurateurs invoquent des raisons de sécurité. C’est le cas des Brasseurs, à Lausanne, qui dispose de six caméras tournant vingt-quatre heures sur vingt-quatre aux entrées et aux sorties de l’établissement. «Elles servent surtout à surveiller la brasserie lorsque nous sommes absents, explique Didier Guersing, directeur de la succursale. En cas de problème, une alarme se déclenche et il est possible de voir en direct ce qu’il se passe. Nous ne savons pas si c’est l’effet des caméras, mais nous constatons aussi moins de vols dus à des pickpockets que par le passé.»

Aux Brasseurs, les clients sont prévenus de la présence de caméras par un signe sur la porte et les employés informés dans leur contrat. Les images sont conservées 72 heures. Holy Cow, une chaîne locale de fast-food, dispose aussi de caméras qui couvrent toute la surface de ses restaurants, sauf les cuisines. «Il est de notre devoir de protéger nos clients et de pouvoir aider la police en cas d’infraction», indique Ian Young, directeur adjoint, tout en soulignant que les vols sont rares.

L’entreprise de sécurité Prodis, basée à Rolle (VD), confirme l’intérêt de la branche. La société compte une quarantaine de restaurants, bars et salons de thé parmi ses clients. La croissance du secteur a atteint 28% en 2013. «De manière générale, nous assistons à une hausse importante de la demande pour la vidéosurveillance, note Stephan Jean, responsable marketing de la société. Auparavant, les dispositifs étaient difficiles d’accès. Aujourd’hui, il existe des produits de qualité à bas prix, ce qui incite les commerces à s’équiper.»

Employés espionnés

Mais la tendance pose problème car il est difficile de savoir quel usage les restaurateurs font réellement des images. Il n’existe pas de contrôle systématique. Pour la porte-parole du Préposé fédéral à la protection des données, Eliane Schmid, «il n’est pas normal qu’un établissement enregistre quand et avec qui ses clients mangent. Si les personnes peuvent être identifiées, il s’agit d’une atteinte à la sphère privée. Pour que cela soit légal, les restaurateurs sont tenus de respecter certaines règles.» Les zones filmées doivent être clairement délimitées et les clients avertis avant d’entrer dans le champ de la caméra. «Certains restaurants ne le font pas, ou pas de manière adéquate. Le signe doit être visible. Un petit autocollant sur la porte à la hauteur des pieds ne suffit pas!»

Encore plus inquiétant, certains restaurateurs utilisent les caméras pour contrôler le comportement de leurs employés, une pratique interdite par la loi. «Nous découvrons parfois des caméras dans les chambres froides ou les cuisines, indique Arnaud Bousquet, inspecteur du travail pour le canton de Genève. Avec l’apparition de nouvelles technologies qui permettent de zoomer avec une grande précision et même de visionner les images depuis un smartphone, nous rencontrons davantage de situations qui nécessitent d’ouvrir une procédure. Actuellement, nous sommes confrontés à quelques dizaines de cas problématiques par an.» (Le Matin)

(Créé: 25.02.2014, 11h09)

Sondage

La retraite à 67 ans est-elle envisageable?





Sondage

Est-ce une bonne chose d'avoir supprimé les cours obligatoires pour chiens?




Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.