Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 09:33

Base-jump Le grand frisson depuis un hélico

Quatre fous des airs se sont lancés dans le vide depuis un hélicoptère lundi au-dessus de Villeneuve (VD).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des fous? Non, juste des accros du vol libre, vous répondront Grégoire, Lionel, Florian et Guy. Ces deux parapentistes et ces deux base jumpers, âgés entre 25 et 30?ans, ont fait le grand saut depuis un hélicoptère à 2200?m d’altitude, hier au-dessus de Villeneuve (VD). Une chute vertigineuse à plus de 130?km/h, soit 20?mètres par seconde. Tout ça pour le fun et la promotion d’Acro Show, une compétition internationale de parapente acrobatique qui aura lieu du 24 au 26 août. Et aussi un peu pour l’amour du risque.

Avant le décollage, la tension est palpable. «La peur se libère une fois que je suis dans le vide», explique Guy Morex, l’un des base jumpers. Le départ est proche. Il vient d’enfiler sa combinaison wingsuit, en forme de chauve-souris. Munie de deux ailes latérales de la longueur d’un bras, elle l’aidera à voler. «Le vieux rêve d’Icare», lâche-t-il, grand sourire. Derniers préparatifs, accrochage des fumigènes aux chaussures et départ pour le grand frisson: ils s’offrent au vide. «Une sensation orgasmique», complète l’un d’eux. Mais l’exercice ne vend pas que du rêve et les risques sont bien là.

Force mentale

L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) compte 18% d’accidents mortels de base jump liés à une simple erreur humaine. «Tu tournes un peu la tête et ta direction change tout de suite», raconte Guy. Sont-ils des trompe-la-mort? «C’est comme partout dans la vie, on ne sait jamais. Faut savoir gérer les paramètres. Mais sauter d’un hélicoptère est plus dangereux que d’une falaise, car mon parachute peut s’encoubler à des ceintures ou cordes qui traînent dans l’hélico. Et là, je ne suis pas le seul à me mettre en danger», reconnaît l’aîné de l’équipe.

Ces quatre sportifs de l’extrême ne sont pas des pros. «Si je les ai choisis pour cet exercice de promo, c’est que je leur fais vraiment confiance», relève l’un des initiateurs d’Acro Show, Yves Curdy. Car, bien loin d’être une bande d’amateurs, ils ont des milliers de vols en parachute au compteur. «Il faut savoir prendre son temps et surtout être très fort mentalement parce qu’on peut devenir accro. Le vide vous appelle», complète Guy, qui se risque parfois à voler plus proche des arbres et à pousser le challenge plus loin. Une pratique peu courante mais un jeu dangereux qui a coûté la vie à un base jumper autrichien samedi passé à Kandersteg (BE). (Le Matin)

(Créé: 14.08.2012, 09h32)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.