ACCUEIL 23.10.2014 Mis à jour à 21h03

Des grenades suisses utilisées en Syrie

Conflit

Des grenades à main fabriquées en Suisse seraient utilisées par l'Armée de libération syrienne (ALS) dans sa lutte contre le régime de Bachar al-Assad, selon la Sonntagszeitung, photo à l'appui.

Mis à jour le 01.07.2012 22 Commentaires
L'image qui illustre l'article de la <i>SonntagsZeitung</i>.

L'image qui illustre l'article de la SonntagsZeitung.
Image: SonntagsZeitung

Articles en relation

Partager & Commenter

La Sonntagszeitung affirme que le journaliste a trouvé et photographié une grenade à main suisse jeudi dernier dans la localité de Marea, au nord de la Syrie. Le journal ne précise pas le nom du reporter, expliquant simplement que celui-ci est connu de la rédaction et qu'il couvre les événements depuis le camp des rebelles.

La photographie publiée dimanche, et tenue pour preuve par le quotidien, montre uniquement une main tenant une grenade de type «Offensive OHG92, SM 6-01 1», engin fabriqué par l'entreprise d'armement RUAG, en mains de la Confédération. Il est toutefois difficile de certifier que le cliché ait bien été pris sur le terrain en Syrie.

Produite en Suisse entre 1992 et 2005

Interrogé sur cette affaire, le porte-parole de RUAG, Jiri Paukert a confirmé «que la grenade apparaissant sur la photo ressemble à un produit RUAG». «Ce type d'arme a été produit en Suisse entre 1992 et 2005 sur commandes spécifiques de clients et était destiné à des offensives militaires telles que des infiltrations en territoire ennemi», a-t-il précisé.

Cependant, a assuré Jiri Paukert, «depuis sa création en 1999, RUAG n'a jamais livré de matériel de guerre à la Syrie». En 1999, les quatre entreprises d'armement de la Confédération d'alors, SE Berne (électronique), SF Emmen (aéronautique et systèmes), SM Thoune (munitions) et SW Thoune (armement), avaient été regroupées dans la holding RUAG.

Livraisons interdites

La porte-parole du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), en charge du contrôle des exportations du matériel de guerre suisse, a de son côté mis en avant le fait que la photographie ne donne aucune indication de lieu. «La Suisse a cessé ces livraisons d'armes à la Syrie depuis le 1er avril 1998, date de l'entrée en vigueur de la loi fédérale sur le matériel de guerre suisse (LFMG)», a rappelé Antje Bärtschi.

Cette loi, au regard de l'ordonnance 514.511, interdit notamment la livraison d'armes dans un pays impliqué dans un conflit armé interne ou international, dans un pays où les droits de l'homme sont systématiquement violés ou dans un pays qui utilise des armes contre les civils. Et, en l'occurrence, la Syrie remplit ces trois critères.

Mais «si des preuves concrètes démontrent que des grenades à main suisses se trouvent en Syrie, le SECO procèdera à un examen approfondi», a souligné Antje Bärtschi.

D'autres hypothèses sont aussi évoquées avec précaution: il n'est pas impossible que des armes aient été livrées en Syrie avant le 1er avril 1998 ou alors que des armes aient passé par des pays tiers comme le Qatar ou l'Arabie saoudite. (ats/Newsnet)

Créé: 01.07.2012, 17h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

22 Commentaires

Richard Baumann

01.07.2012, 21:42 Heures
Signaler un abus 28 Recommandation 0

La grenade exposée dans l'article du Sonntagszeitung est un modèle explosif d'exercice. Elle ne comporte pas de manteau à fragmentation. Je vois mal des militaires en combat utiliser une arme qui ne projette aucun fragment métallique ! Soyons sérieux, il s'agit encore une fois d'une action visant à décrédibiliser la Suisse et son armée de milice. Répondre


joe zbinden

01.07.2012, 19:36 Heures
Signaler un abus 13 Recommandation 0

Il est connu que pour fournir des emplois à sa population, augmenter ses recettes fiscales, la Suisse vend des armes aux dictateurs et pays en guerre...pour un pays qui se dit NEUTRE.... Répondre



Sondage

Les cantons romands doivent-ils sanctionner les fumeurs de cannabis avec plus de sévérité?





Sondage

Le passage à l'heure d'hiver, c'est le 26 octobre prochain. Ça vous dérange?





Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!