Mercredi 7 décembre 2016 | Dernière mise à jour 19:11

Patriotisme L'hymne national doit changer

La Suisse se cherche un nouveau cantique. Les citoyens seront bientôt invités à proposer des paroles plus modernes et entraînantes.

Si le projet aboutit, le nouvel hymne devrait être entonné en 2015, le 1er Août bien sûr.

Si le projet aboutit, le nouvel hymne devrait être entonné en 2015, le 1er Août bien sûr. Image: Steffen Schmidt/Keystone

Faut-il changer les paroles de l'hymne?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Sur nos monts, quand le soleil/Annonce un brillant réveil…» Tout le monde ou presque connaît la première phrase de l’hymne national suisse. Mais la suite? Poussiéreux, compliqué, lent: depuis son adoption officielle en 1981, le Cantique suisse s’attire régulièrement les foudres de citoyens. En plus, presque personne ne le connaît par cœur, ce qui nous couvre de honte lors de grandes manifestations sportives. Cela doit changer, selon la Société suisse d’utilité publique (SSUP). Cette révolution, sobrement annoncée l’été dernier, entrera bientôt dans le concret.

La SSUP, qui gère les événements patriotiques nationaux comme le 1er Août au Grütli, lancera un grand concours d’idées avant la fin de l’année. Chacun est invité à prendre la plume pour rendre l’hymne national plus moderne. Des critères stricts sont toutefois définis. «Le texte devra refléter le sens du préambule de la Constitution fédérale, ses valeurs. Le jury devra également décider si la musique de l’hymne national peut être retouchée, tout en restant reconnaissable», explique Andrea Ruckstuhl, porte-parole de la Société d’utilité publique.

Changer l’hymne national, ça fait rêver certains citoyens. La société a déjà reçu une quarantaine de textes! «Cela va des louanges à nos belles montagnes, à la neige blanche et à la croix blanche sur fond rouge jusqu’à des textes très politiques ou très religieux. Il y a le spectre entier», indique M. Ruckstuhl. En attendant le lancement du concours, la SSUP est en train de constituer le jury chargé de faire un premier tri parmi les propositions.

L’UDC est contre

Ces dernières années, toutes les tentatives de toucher à l’hymne national ont échoué. L’UDC y est notamment opposée. «Pour nous, il est clair que l’hymne national est un élément essentiel du pays et il n’y a pas de raison de le changer», estime Claude-Alain Voiblet, coordinateur romand du parti. A l’inverse, la conseillère nationale Margret Kiener Nellen (PS/BE), qui se bat depuis quelques années pour rénover le chant le plus patriotique du pays, est aux anges. «Le nouvel hymne devra être plus entraînant, refléter les spécificités de la Suisse, son ouverture, parler des femmes et des hommes, et être peut-être plus court, pour que les enfants l’apprennent facilement.» Date prévue pour entonner la main sur le cœur notre nouvel hymne, s’il aboutit: en 2015. Le 1er Août, bien sûr. (Le Matin)

(Créé: 09.05.2013, 09h08)

Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.